L'oeil de Roger Smith

01 septembre 2013

Syrie : pourquoi un vote des parlementaires n'est pas concevable

Ca doit surprendre qu'un sympathisant de gauche dise ça, mais je suis contre, archi-contre un vote du Parlement sur la question des frappes éventuelles en Syrie. Pire, au delà d'une question qui dépasse la France, c'est ouvrir la boîte de Pandore au niveau national car un précédent fâcheux verrait le jour et mettrait en péril nos institutions, et la Vème République par conséquent qui nous amènerait quelques années après vers le retour de la toute puissance des partis au détriment de l'intérêt supérieur.

fh


C'est une folie pure ! Une folie provoquée par Barack Obama, Président des Etats-Unis qui s'avère être incapable de trancher, faisant preuve de naiveté déconcertante et qui décrédibilise l'Occident tout en renforçant Bachar Al Assad. Cette folie a des répercussions gravissimes chez nous. Barack Obama veut se faire aimer de son peuple ? La belle affaire... Un chef doit trancher, quitte à prendre le risque d'être impopulaire. Obama s'est laissé embarquer par ceux qui faisaient des rapprochements entre la question Syrienne et la guerre injuste en Irak reposant sur un mensonge.

1) Les preuves, sur cette affaire, sont plus qu'évidentes, même la France l'affirme et l'ONU n'ira peut être pas plus loin que la reconnaissance d'une attaque chimique, mais c'est assez clair. La France, surtout compte tenu de son opposition courageuse contre la guerre en Irak, ferait voler en éclats sa propre crédibilité si elle cautionnait des mensonges, Obama aussi, réputé pour être l'anti-Bush à tous les niveaux.

2) Qui a parlé d'intervention terrestre ? On parle de frappes, et il aurait été absurde que l'Occident veuille soi-même renverser un régime. Mettons de côté le cas Lybien, on sait tous qu'une présence d'une armée étrangère, peu importe ses motifs, serait vue comme une force d'occupation. Les leçons de l'histoire sont nombreuses à ce sujet. Toujours sur ce cas précis, il s'agit de sanctionner l'intolérable, c'est à dire le fait que des dictateurs usent et abusent des armes chimiques contre leur propre peuple, dont des femmes et des enfants. Sinon, c'est la porte ouverte à tout, ce phénomène se multipliera et il n'y aura plus aucune limite. Enfin nous savons que parmi les insurgés, certains ne sont pas fréquentables. Sanctionnons l'acte du 21 août, l'attaque chimique, ni plus ni moins, et c'est ce que veulent les Américains, les Français, les Turcs, les Australiens et la Ligue Arabe, ni plus ni moins.

 

Mais revenons en à la France


Barack Obama a refusé de trancher, rien n'obligeait dans la Constitution Américaine de convoquer le congrès et le faire voter. Sa naiveté lui a pourtant déjà causé du tort. Le monde politique Américain est ce qu'il est, comme dans d'autres démocraties, les intérêts des prennent le pas sur le reste, comme on l'a vu sur la réforme de la couverture maladie où mettre les gens autour d'une table ne produit aucun effet dans la mesure où ils sont déterminés à déranger par pur sectarisme et par pur intérêt personnel le gouvernement en place.

En France, et c'est en rappelant que je suis bien de gauche que je dis cela, le Général de Gaulle nous a laissé un bel héritage en matière de régime politique et des institutions. La Vème République, réduite à une monarchie a bien plus de vertus qu'on ne le pense. Nos institutions ont garanti la stabilité politique, on ne peut pas en dire autant des régimes hyper-parlementaires comme en Italie où les gouvernements fêtant leur 2ème anniversaire d'exercice du pouvoir sont d'une rareté...

le-president-de-gaulle-annonce-un-referendum-a-la-televisiongaulle-24mai-

Nous avons eu la IVème République, symbole d'instabilité et d'impuissance. Appelée par de Gaulle "le régime des partis", ce sont ces derniers qui faisaient et défaisaient le gouvernement, lassant le Peuple lui-même car seuls comptaient les intérêts des partis, des alliances qui se faisaient et se brisaient 6 mois après, parfois pour des raisons purement carriéristes chez certains de leurs leaders.

Dans la Vème République, dans des situations d'urgence, le Président a le pouvoir d'agir et de rendre des comptes ensuite. C'est très bien ainsi et cela ne doit pas changer, sauf pour une déclaration de guerre (et non pour des frappes) car l'urgence n'est pas compatible avec le temps parlementaire. De plus, nous avons une classe politique immature, à droite comme à gauche, y compris au centre. Certains parlent pour la Syrie d'un vote avec l'obligation pour le gouvernement d'engager sa responsabilité. Au nom de la démocratie ? Foutaises ! Pour provoquer une crise politique, et c'est totalement irresponsable et immature !

S'il fallait modifier la nature de l'intervention et la prolonger dans le temps, notre constitution prévoit des dispositions précises à ce sujet, comme le vote obligatoire sur cette question.

A la rigueur, j'entends le discours de Jean-François Copé. Le Président doit consulter et informer les partis ? Oui, c'est la moindre des choses. Un débat au Parlement ? Plus que nécessaire. Mais rien ne justifie qu'on aille au delà sur cette question précise et si on va là, demain, quelle sera la prochaine étape ? On affaiblit le pouvoir Présidentiel et on file tout droit vers l'hyper parlement, acte de décès de la Vème République.

Ceux qui préconisent la VIème République ne proposent rien d'autre que la résurrection de la IVème, car c'est l'hyper parlement et le régime des partis par conséquent. Ce n'est pas concevable.

Par ailleurs, on attend d'un Président qu'il tranche, tout en ayant un sens et une vision de l'Etat ainsi que de ses intérêts. Nous savons tous qu'être parlementaire ne fait pas forcément de l'élu un homme d'Etat digne de ce nom. Ne choisissons pas la médiocrité au détriment de ce que nous voulons, c'est à dire l'excellence.

J'ose espérer, en tant que simple citoyen, que François Hollande ne se fera pas piéger sur ces questions.

Enfin, quelle est donc cette manie à droite de toujours réclamer de la gauche ce qu'elle même n'a pas fait ? Nicolas Sarkozy a t'il consulté le vote des parlementaires pour la Lybie ?

02 août 2013

Sarkothon : Au pays des soumis, des idiots et des fayots

Ce Sarkothon m'a bien irrité. Je savais que ce parti ne pouvait pas disparaitre, mais au delà de "l'altruisme de droite" ne se voyant qu'envers les puissants, sans oublier tout ce que l'on peut savoir sur cette affaire et ce que représente l'UMP, à condition d'être bien informé, je peux prétendre dresser un portrait robot de ce qu'est un militant et un adhérent de l'UMP. J'aurais pu le faire avant, mais là j'ai mieux cerné le personnage comme on dit, j'ai plus d'éléments. Parce qu'après tout, pourquoi s'en priver ? Ces gens donnent bien des leçons de morale aux plus nécessiteux, aux plus exposés face à la crise et ces personnes se paient même le culot de se plaindre en permanence de leur sort en se croyant lésés par les plus fragiles quand ce ne sont pas les étrangers.

47140800

 


Il convient d'abord de préciser qu'il ne s'agit pas dans ce billet d'évoquer des thèses farfelues. Je n'évoque ni théorie raciale (il n'y a qu'une seule race, la race humaine), ni génétique, ni autre chose... Simplement une attitude, une mentalité, un état d'esprit et aussi une certaine éducation qui peuvent pousser à un comportement et des traits de caractères que je décris plus bas. Ce portrait est il parfait ou se rapprochant assez bien de la vérité ? A vous de me le dire, mon opinion était déjà faite sur certains aspects, je n'en fais pas une religion mais je demande à être convaincu que j'ai tort.

 

La soumission :

Plus soumis qu'un militant ou un adhérent de droite, Front-National compris, tu meurs ! Le culte du chef, tendance Bonaparte, a toujours existé. Cependant, avec Sarkozy, cela a pris une sacrée dérive. Je n'ai pas peur d'évoquer une secte dans ce cas précis. Sarkozy a toujours eu une trop haute idée de lui-même et sa vanité n'a d'égale que ses colères de petit monarque pourri gâté capricieux. Il a coulé la France mais il est traité comme une divinité chez ses soutiens fanatiques. Cette idolâterie est effrayante, mais elle se nourrit à cause d'un trait de caractère chez le militant de droite : la soumission !

La soumission qui pousse à suivre un chef aveuglément, sans se poser de questions, sans user de son libre arbitre, si toutefois il a un jour existé pour certains, peut amener à une dérive sectaire et fanatique. Sarkozy a ruiné la France ? Il reste le sauveur providentiel. Il a ruiné l'UMP et il demande de l'aide ? Alors il faut l'aider.

Notons aussi cette fâcheuse tendance à défendre sans cesse le puissant et à mépriser le faible. Syndrome du larbin. J'y reviendrai.

Un peu simpliste dites-vous ?

Passons à un autre trait de caractère.

 

Le fayot :


Il peut aussi en exister chez l'homme de gauche, qui lui non plus n'est pas parfait. Personne ne l'est de toute façon. Le militant de droite, l'adhérent à un parti de droite, l'électeur de droite, est un fayot. J'évoquais plus haut le syndrome du larbin. Avez-vous noté que ces gens volent toujours au secours des puissants, politiques comme de la finance ou d'un certain patronat, dès que ces derniers sont attaqués ? Expliquer cette attitude uniquement sur la volonté des libéraux à toujours chercher, parfois avec la complicité de l'extrême-droite, des boucs-émissaires, essentiellement des étrangers ou des plus démunis en les présentant comme des profiteurs volant le travailleur, ne saurait suffire. Ca joue cependant, et ça évite de regarder ce qui se passe en haut de l'échelle, c'est une diversion. Mais cela est possible car l'électeur de droite est réceptif envers celui qui diffuse ces thèses.

Pourquoi ? Parce que cet électeur de droite, ce militant ou adhérent d'un parti de droite, aime plaire au puissant. Il rêve de lui ressembler, il incarne une espérance personnelle à travers son statut et il cherche à lui plaire. Il compte obtenir une faveur en retour, un geste, tel un chien se tenant debout et remuant la queue en espérant que son maître lui donne le susucre tant désiré. Il serait prêt à tout pour ça. Il sait par ailleurs être très serviable envers son maître...

Parmi les gens qui ont participé au Sarkothon, il n'y avait pas que des nantis. Il y avait des gens, de bonne condition mais non excessive, qui ont donné. La moyenne des dons serait de 86€ selon l'UMP. Pourquoi ont-ils donné ? Le chef a lancé l'appel, pour eux, c'est un "devoir". Le chef a aussi usé et abusé de quelques artifices avec ses hommes de main pour susciter la pitié et mobiliser face à une pseudo injustice, mais ça, c'est pour éviter une quelconque réflexion poussant à réclamer des explications sur la situation. Comment en est on arrivés là ? Pourquoi les finances du parti n'ont pas été maîtrisées ? Pourquoi les comptes de campagne ont dérapé et que certaines dépenses ont dû être intégrées ? Dans ces cas là, le chef utilise la vieille ficelle de la théorie du complot. 

Pourquoi ça marche ?

Justement, j'y viens.

 

Les idiots :


Voilà un jugement qui ferait bondir ! Je compte bien développer là aussi.

Simplement, je considère à la base, que le militant, de droite, comme de gauche ou du centre, est un idiot et j'en étais un, si ce n'est le premier sur bien des aspects par le passé. Le militant du PS croit détenir la vérité et considère que le militant du Front de Gauche est parfois un idiot utile de la droite, le militant du Front de Gauche croit détenir la vérité (tiens tiens) et considère le militant du PS comme un traître et ne manque pas d'imagination pour lui trouver des surnoms désagréables. J'ai participé à ce type de querelles et j'ai aussi été à côté de la plaque, je me considère désormais, non pas comme un militant, mais comme un individu ayant des valeurs de gauche. Au Front de Gauche, ils disent certaines vérités, leurs analyses sont parfois justes. Au Parti-Socialiste, ils conservent des valeurs de gauche et des visions différentes sur les questions économiques que je ne partage pas toujours. Les Verts aussi disent certaines vérités mais je ne partage pas tout, là non plus.

Certains ne partageront pas ce point, mais c'est comme ça que je vois les choses. Etre militant signifie perdre son libre arbitre, on en vient jusqu'à défendre tout et n'importe quoi, sans réfléchir. On peut aussi parfois, pour les intérêts d'un camp, dire et croire des âneries. Par exemple, quand Jean-Luc Mélenchon a tenu des propos excessifs sur la personne de Pierre Moscovici avec François Delapierre, certains au PS sont allés jusqu'à le taxer d'antisémitisme. Lesquels parmi eux croyaient sincèrement ce qu'ils disaient ? Ou alors, étaient-ils à ce point aveuglés pour aller jusqu'à raconter n'importe quoi et y croire ? Pour moi, il n'y a que le militantisme qui explique ces excès et ses accusations violentes. En être convaincu aussi.

Même si je ne milite nulle part désormais, je reste un con parmi les cons et je continuerai à dire des conneries comme tout le monde. Le tout, c'est de finir par s'en rendre compte.

Mais pourquoi c'est pire à droite ?

Parce que le culte du chef et la fayoterie, provoquant une obéissance aveugle et démesurée n'amène aucune réflexion ou remise en cause, sauf quelques rares, très rares exceptions. C'est culturel en fait.

Tout homme réfléchi se serait posé les bonnes questions, pour en revenir sur le Sarkothon. Elles ont été posées plus haut, mais il faut aussi chercher à s'informer. Au début de cette affaire, qui savait le nom de la banque créancière de l'UMP ? A part quelques journalistes, personne. C'est de la Société Générale dont il s'agit. Son PDG : Frédéric Oudéa. Ancien collaborateur de Nicolas Sarkozy de 1993 à 1995.

Autre détail fâcheux, la fortune du couple Sarkozy et la question de la caution solidaire. Sur la question de la caution solidaire, c'est pourtant un homme de droite, de l'UMP qui plus est, qui révèle des informations, Bernard Debré. Une personne caution solidaire n'est pas limitée, contrairement à d'autres personnes sur cette affaire, à 7500€ de dons. Cette personne (Sarkozy) pouvait donner plus. 11 millions d'€uros, soit le montant de la facture des frais de campagne à rembourser, c'est l'équivalent de la moitié de la fortune du couple...Sarkozy !

Alors, pourquoi payer ? 

Par "devoir" ? Pour espérer obtenir les bonnes grâces du Prince ?

Etonnant quand on cherche à imposer aux gens la responsabilité, notamment de ses actes...

Après ça fustige l'assistanat, les prétendus profiteurs etc...

 

Dans cette description, j'aurais pu évoquer l'esprit revanchard et aigri, la mentalité du frustré permanent, mais tout ça, nous le savions tous.

 

Finalement, s'il fallait dresser le portrait à travers tous ces points évoqués, ça nous donnerait ça :

h-4-2587604-1315756010

Soumise, fayote, idiote, fanatique, revancharde, aigrie et frustrée. Elle ressemble assez bien à ces gens là, ce qui explique qu'elle soit populaire chez eux. Prête à tout pour plaire à son maître... Oui, ça ne fait aucun doute !

Posté par Roger Smith à 13:29 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

16 juillet 2013

L'indécence insolente des élus de la République

a88fb9dde479e848f65148acb72f99b04f3e4da5880b3

 

 

En cette période estivale où 1 Français sur 2 ne peut pas partir en vacances (c'est le cas pour certains depuis des années), où on nous appelle à nous serrer la ceinture et où on nous demande (encore) des efforts sur les retraites, certains politiciens d'un parti de droite qualifiant les fonctionnaires de privilégiés ruinant le pays et les chômeurs d'assistés ne trouvent rien d'autre qu'à afficher des photos de leurs séjours à l'étranger, comme Nadine Morano. Je vais vous détailler ses sources de revenus (de manière légale, tout se sait, et c'est public) tout en évoquant les mandats locaux non honorés par sa présence ou très rarement et enfin un focus sur le système de retraite de nos chers, très chers élus...

Entre un séjour à Rome et un autre à New-York, on se demande si Nadine Morano travaille... Vous l'avez vue sur les réseaux sociaux ? Elle voyage beaucoup... C'est son problème diraient certains, oui mais voilà : elle n'honore pas ses mandats locaux pour ainsi dire. Essayez de faire la même chose en n'allant pas justifier votre salaire, c'est à dire à déserter votre poste de travail, et votre patron vous flanque à la porte. Voilà donc cette personne qui, issue du parti s'auto-proclamant parti des droits et des devoirs, qualifiant les chômeurs des profiteurs et d'assistés quand ce ne sont pas les fonctionnaires privilégiés, ne trouve rien de mieux qu'à faire preuve d'absentéisme de manière répétitive et fâcheuse et qui, en prime, s'offre le culot d'étaler sur les réseaux sociaux les photos de ses séjours que peu de gens peuvent se payer le luxe d'en profiter dans une seule vie.

Nadine Morano est conseillère municipale de la ville de Toul.

Revenus : Environ 300€/mois

Présence : 4 présences entre 2008 et 2011. 1 présence en 2012, aucune présence en 2013.

Nadine Morano est conseillère Régionale de Lorraine :

Revenus : Environ 2000€/mois

Présence : chaque année pour le budget et ensuite pour ferrailler avec le Président PS de la Région Lorraine, mais uniquement s'il y a une présence importante de journalistes locaux et si Madame ne voyage pas, comme une fois pour visiter une PME à Bruxelles dont on se demande à quel titre.

 

S'ajoutent à cela 2 retraites :

- Une retraite de ministre (non, elle n'attend pas 62 ans, l'âge légal pour vous et moi pour bénéficier de la nôtre). Montant inconnu.

- Une retraite parlementaire estimée à 2600 € par mois, là non plus pas d'âge légal. Il suffit d'avoir siégé 10 ans à l'Assemblée Nationale, au delà, le montant augmente.

Le cas Morano est un exemple parfait de ce qu'il y a de pourri dans la République, et la question de l'abolition des privilèges se pose de nouveau, en 2013, plus de 200 ans après l'abolition des privilèges pour la noblesse. Au fond, nous vivons dans une illusion, nous sommes bien dans ce que certains qualifient de "monarchie Républicaine."

Cette question se pose à toute la classe politique, gauche comme droite et centre. Au moment où on demande encore des efforts aux Français, il serait juste, pour une fois, de commencer par soi-même et j'ajoute au passage qu'un peu de décence et de retenue, surtout en cette période, ne seraient pas une économie dont il faudrait se passer. Je dis ça comme ça...

Evidemment, je fais un voeu pieux...

24 mai 2013

La gauche au pouvoir, c'est pour quand ?

Sommes nous gouvernés par des gens ayant des convictions chevillées au corps mais d'une naiveté déconcertante ou par des gens sans convictions ? Je me pose très sérieusement la question, et d'autres se la posaient déjà bien avant...

can-stock-photo_csp5152676


Nouvel affront faite aux électeurs socialistes, dont moi : l'absence de régulation des salaires des patrons ! Pierre Moscovici et ce gouvernement ont (encore) capitulé devant le Medef qui a réussi un double exploit. Ces gens sont parvenus à faire croire, tenez vous bien, qu'ils vont auto-réguler leurs rémunérations, mais accrochez vous, ils ont dit qu'il existait, au Medef, un code de "bonne conduite" et que, par conséquent, il n'y a pas de souci à se faire. Certains crieraient au génie après cet exploit, d'autres à la naiveté affolante de ce gouvernement. Précisons que les patrons Français, tout au moins les PDG car je n'y inclus pas le patron de PME, sont les mieux rémunérés d'Europe ! Je rappelle que c'est le Medef qui nous a expliqué pendant des mois, ainsi que leurs amis de l'internationale ultra-libérale solidaire s'étalant de la Grande Bretagne à l'Allemagne avec leurs relais médiatiques que la France souffrait d'un problème de compétitivité. Manifestement, les PDG, comme leurs actionnaires, ne souffrent d'aucun problème de ce type dès qu'il s'agit de leurs rémunérations astronomiques et de leurs dividendes pantagruéliques. Notez que pendant ce temps là, nous n'augmentons ni les salaires, ni les embauches, et les délocalisations demeurent.

Nous avions tous pensé que nous avions respecté la définition du plan social, terme souvent détourné de son sens, en virant Sarkozy et ses hommes de main du pouvoir. Force est de constater que nous désespérons toujours de voir revenir la gauche au pouvoir. Nous avons donné 20 milliards au Medef, le code du travail que vous possédez chez vous si vous en avez un ne vous sert plus à rien si ce n'est pour cet hiver si vous avez une cheminée et qu'il vous manque du bois, puisque l'ANI qui est en réalité le diktat du Medef l'a détruit. On va nous imposer aussi une nouvelle réforme des retraites, on nous explique, comme la droite en son temps, qu'on vit plus longtemps (ce n'est pas tout à fait exact) et que donc, il nous faudra travailler plus longtemps.

Ce qui est fascinant, c'est que François Hollande, voulant combattre la finance, vantait hier les réformes de Schroeder hier à Leipzig au congrès du SPD. En fait il a repris tout ce qui a de plus mauvais, tout ce qui est libéral en somme. Il ne manque plus que la fin du SMIC et les jobs à 1€ existant en Allemagne et il aura accompli son oeuvre. Le Medef n'applaudira plus cette fois, il encensera et en 2017, comme ils le font avec leur cigare lorsqu'il se consume, ils écraseront Hollande, Ayrault et Moscovici.

Ce cours billet, pour exprimer mon désarroi. C'est fait. Maintenant, je vais exprimer un souhait : vivement que la gauche revienne au pouvoir ! Attendre 2017 serait illusoire, car plus le temps passe, plus le désenchantement grandit. Pendant ce temps là, la droite demeure décomplexée quand des socialistes au pouvoir planquent leurs principes, si toutefois ils en ont, comme autre chose d'ailleurs...

Comment-gerer-un-mauvais-patron_news_289x198

Posté par Roger Smith à 15:08 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

23 mai 2013

Pourquoi le réseau Michu a une influence limitée

o-TEAM-MICHU-facebook



On pourrait penser, éventuellement, que je puisse jalouser les titulaires des comptes @MdameMichu et @MmeLenvie . Chacun peut penser ce qu'il veut, je considère que je suis un twitto comme un autre et je n'ai jamais prétendu jouer dans la cour des blogueurs de gauche, ni de @PetulaMoore ou d'autres.
Cependant on accorde beaucoup d'importance au réseau Michu, une étonnante campagne de communication est lancée sur des sites comme le "Huffington Post." Mais ça ne récoltera pas les fruits espérés.

D'abord, le réseau Michu fait deux erreurs d'analyse. Si internet peut avoir une influence dans une campagne électorale, elle demeure limitée tant il est incontestable qu'en France, quoiqu'on en dise des médias, nombreuses sont les émissions politiques et nombreux sont les débats où chacun et chaque sensibilité politique s'exprime. Il ne faut pas faire du cas du référendum de 2005 sur le traité Européen une science exacte, car dans ce cas précis, il n'y avait pas de débat, si ce n'est que les tenants du non ne pouvaient pas exposer leurs points de vue de manière régulière au début de cette campagne, poussant ainsi les gens sur les réseaux sociaux et à ce moment là, les chaînes d'infos étaient quasi-inexistantes et les émissions politiques, redevenues rares, reposaient sur des concepts du passé. Une étude a aussi démontré que seuls 5% des Français vont sur les réseaux sociaux. Ca ne veut pas dire qu'il ne faut pas exploiter cette plate forme, ça serait absurde. Tout ça, c'est la première erreur.

La seconde erreur, c'est que le réseau Michu calque le modèle "humour de droite." Le compte @humourdedroite dispose d'un succès manifeste, c'est incontestable. Mais il se base sur le registre de l'humour, de la dérision et n'a jamais prétendu autre chose. Et lorsque l'on observe la gauchosphère, si on pouvait considérer une influence, ça ne se limite pas qu'à l'humour de droite. Il y a des blogueurs de gauche avec toute la diversité et la complexité de cette dernière, ça ne se repose pas sur un réseau précis et pyramidal mais ce sont des gens qui, comme @politeeks ou @sarkofrance pour ne citer qu'eux, font des billets sur leurs blogs très poussés, allant au fond des choses tout en étudiant les sujets qu'ils évoquent, notamment des rapports, des enquêtes etc et ensuite, ils livrent leurs analyses et font parfois des comparaisons ou des bilans de politiques menées. J'ai par ailleurs un immense respect pour ces gens faisant ce que je suis incapable de faire et chez qui parfois je puise mes infos. J'aurais pu en citer d'autres, mais ils sont nombreux.

Le réseau Michu se limite sur la forme et n'aborde que très rarement le fond. Ce réseau se limite trop souvent à un humour potache, on aime ou on n'aime pas, il m'est arrivé d'en sourire je l'avoue, seulement c'est devenu leur réputation. Ils ont lancé un compte "Michu Lab" avec un site, mais est-ce que ça peut marcher ? J'en doute, car le réseau Michu n'a jamais démontré réellement qu'il pouvait faire autre chose qu'une opposition à François Hollande se limitant au potache, voire un humour plus trash, parfois limite dans certains cas car ça frise l'attaque ad hominem, mais ça serait mentir que de dire que certains d'entre nous n'avions pas fait pareil avec Nicolas Sarkozy. Et puis, ce réseau se borne à restaurer, lui aussi, un culte de la personnalité de Sarkozy. Ce n'est ni une perspective d'avenir, ni efficace pour aborder le fond, et c'est même un aveuglement sur la réalité et la nécessité pour la droite de faire son devoir d'inventaire. Le réseau Michu n'a d'ailleurs jamais été efficace pour défendre le bilan de Sarkozy, car très vite mis en face de la réalité par de nombreux internautes de gauche.

Enfin le réseau Michu n'a pas vraiment de colonne vertébrale. Ils se disent Fillonistes mais ils parlent comme Copé, parfois même ce qu'on appelle la droite dure, même si le titulaire du compte @MdameMichu a souvent, pour sa part, pris ses distances et a dénoncé certains twittos virant vers un discours xénophobe. Seulement ils veulen tellement rassembler qu'ils finissent par faire un grand écart. Et c'est là aussi parce qu'ils pensent fédérer à eux seuls une sorte de cyber opposition. C'est oublier que sous Sarkozy, il y avait contre lui le Front de Gauche, les socialistes souvent divisés et ne pensant pas forcément pareil, les anarchistes et si chacun agissait dans son coin en dépit du succès de certains, personne ne revendiquait quoi que ce soit, ne se prenant pour je ne sais quel symbole. Le réseau Michu créé plusieurs comptes, mais au fond, ce sont des comptes gérés par les mêmes personnes employant les mêmes méthodes et pensant tous pour ainsi dire de la même manière. Ca ne peut pas marcher sur le long terme. Ce n'est pas ça qui poussera à l'analyse et au débat entre internautes, notamment sur l'essentiel : les idées. La droite par ailleurs, l'UMP, à part ressortir les idées qui ont échouées hier en pensant que cette fois ça marcherait, est aussi prisonnière de cela.

Le réseau Michu est comme l'UMP, en panne sur le fond, il privilégie la forme et aussi les slogans quand ce n'est pas le culte de la personnalité de Nicolas Sarkozy. Il n'incite pas au débat, ne parle pas d'une ligne proposée par telle ou telle personne car le débat qui semblait naître entre la droite dure incarnée par Copé et une droite modérée (en apparence), par Fillon, a vite cessé et ça a tourné à la querelle d'égos. Le réseau Michu ne peut pas puiser plus et ailleurs et au fond, il dépend, comme des twittos de gauche, de ce que proposent les partis et les personnes. Il n'y a même pas l'équivalent d'un collectif Roosevelt à gauche faisant des propositions par exemple, ça n'existe pas à droite. Que faire alors si ce n'est une opposition stérile se limitant sur la forme ?

Posté par Roger Smith à 15:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

21 mai 2013

L'idiotie du moment à l'UMP : le Front de Gauche est semblable au FN.

montage-melenchon-le-pen-cope-reuters-930620_scalewidth_630

 

Il m'arrive parfois de ne pas avoir de mots assez durs pour protester contre certains propos et certaines attitudes au Front de Gauche qui frôle, chez certains, au sectarisme. Tous ceux qui me connaissent savent à quel point François Delapierre me révulse quand ce n'est pas certaines attitudes ou certains propos de Jean-Luc Mélenchon. Il n'empêche, avec ses qualités et ses défauts, le Front de Gauche est un mouvement de partis de gauche. Il défend donc des valeurs humanistes et antiracistes. Entendre certains membres de l'UMP, surtout vu leur passif très lourd sur la montée du FN et la libération d'une certaine parole assez ignoble, mettre sur le même plan le Front de Gauche et le Front National est quelque chose qui provoque en moi à la fois un sentiment d'écoeurement mais aussi de révolte face à cette malhonnêteté intellectuelle assez déplacée, surtout lorsqu'on connait les auteurs.


L'an passé déjà, quand les membres de l'UMP avaient toutes les peines du monde à cracher le morceau, c'est à dire, qu'ils ne feraient pas d'alliances électorales avec le Front National, ils enchaînaient en disant que ce n'est pas normal qu'on ne fasse pas ce procès au Parti-Socialiste avec le Front de Gauche. Si la comparaison était en soi douteuse, il ne fallait pas non plus "insulter l'avenir" puisque Jean-François Copé et les siens ont préféré la lâcheté au lieu du courage consistant à ne répondre aux électeurs qu'à la demande sociale, sans aller au delà en vertu de principes Républicains comme par exemple ne pas exciter les instincts les plus bas de certains individus. Soyons clair et il est inutile de prendre de gants, observons la situation depuis 2009 avec lucidité, qui a été le meilleur agent électoral du FN, si ce n'est Nicolas Sarkozy avec l'UMP et le sinistre malfaisant Patrick Buisson à la manoeuvre depuis l'Elysée ? Ce dernier sévit toujours, auprès de Copé notamment. Certains diront que ce n'est pas le sujet, par rapport au Front de Gauche jugé semblable au FN, mais il convenait cependant de faire un rappel sur les accusateurs outranciers et sans limite.

Revenons sur le fond autour de cet amalgame. Le Front de Gauche a beau prôner la VIème République, c'est tout sauf anti-Républicain. Le Front de Gauche est un parti de gauche, socialiste, dont le slogan "l'humain d'abord", en réponse au culte de l'argent roi par exemple (mais il a aussi d'autres définitions), défendu par l'UMP, est aussi un parti antiraciste et antifasciste (c'est dans l'ADN de la gauche), il ne prône pas le rejet de l'autre à travers sa couleur de peau, sa religion ou son pays d'origine, ce qui n'est ni le cas au FN, ni en ce moment, il faut le dire, à l'UMP et de nombreux fait l'ont démontré de manière implacable.

- Aucun membre du Front de Gauche n'a attaqué un homme ou une femme politique en prétendant, contrairement à Gérard Longuet de l'UMP, qu'il ou elle n'appartenait pas au "corps traditionnel Français."

- Aucun membre du Front de Gauche n'a prétendu défendre des valeurs communes avec le Front-National en tenant par ailleurs un discours de rejet, stigmatisant et développant aussi la quête du bouc-émissaire, n'est-ce pas Nicolas Sarkozy et Nadine Morano ?

- Aucun membre du Front de Gauche n'a agité le danger du communautarisme basé sur un mensonge autour des élections municipales, le droit de vote des étrangers et le halal dans les cantines, n'est-ce pas Claude Guéant ?

- Aucun membre du Front de Gauche n'a usé et abusé d'un humour Auvergnat douteux, n'est-ce pas Brice Hortefeux ?

- Aucun membre du Front de Gauche n'a prétendu que toutes les civilisations ne se valent pas et que les Français ne se sentaient plus chez eux, n'est-ce pas Claude Guéant ? Un récidiviste...

- Aucun membre du Front de Gauche n'a fait le lien entre l'immigration et la délinquance, n'est-ce pas Frédéric Lefebvre ?

- Aucun membre du Front de Gauche n'a rédigé le discours honteux de Grenoble, n'est-ce pas Nicolas Sarkozy et Patrick Buisson ?

- Aucun membre du Front de Gauche n'a rédigé une circulaire visant clairement les Roms, n'est-ce pas Eric Besson, Brice Hortefeux et Nicolas Sarkozy ?

- Aucun membre du Front de Gauche n'a inventé un fait-divers autour d'un pain au chocolat arraché à un enfant dans une cour d'école alors que le ramadan avait lieu en été, n'est-ce pas Jean-François Copé ?

Qui a multiplié les clins d'oeil en direction de l'électeur du Front-National, non pas pour répondre à la demande sociale à laquelle chaque parti se disant Républicain doit se limiter, mais en excitant les instincts les plus bas avec un dénommé Patrick Buisson, ancien membre du Front-National, à la manoeuvre ? L'UMP.

Maintenant, j'observe que les communistes ont versé leur sang pour la France sous l'Occupation et que le FN a été fondé en 1972 par des anciens volontaires SS de la division Charlemagne sévissant sur le front de l'Est. Le Front de Gauche, peu importe les critiques qu'on peut formuler, est héritier du Parti-Communiste Français, ce parti étant partie prenante du Front de Gauche, et aussi des socialistes composant ce mouvement. L'outrance de l'UMP, basée soit sur l'inculture, soit sur la malhonnêteté, est, dans les deux cas, intolérable.

cabrol

Mais cette manoeuvre n'a t'elle pas pour but de préparer les esprits à l'alliance UMP-FN dans les faits et de manière oficielle, gravée sur le marbre ? Après tout, niveau idéologique, on voit bien que les verrous ont sauté depuis longtemps. L'idée consiste à dire, en connaissance de cause liée au fait que le Parti-Socialiste ne cèdera jamais aux revendications exubérantes de l'UMP ce qu'ils appellent, là aussi de manière malhonnête, l'extrême-gauche, qu'au fond, si le PS maintient l'idée d'avoir des accords électoraux avec ceux qu'ils présentent comme des extrémistes, pourquoi eux-mêmes ne concrétiseraient pas l'oeuvre de Charles Pasqua ? Entre les deux tours de l'élection Présidentielle de 1988, affolé à l'idée de voir François Mitterrand réélu, et triomphalement qui plus est, Charles Pasqua voulait pousser Jacques Chirac à obtenir un rapprochement avec le FN en espérant que Le Pen appelle à voter pour lui. C'est assez étonnant de voir l'histoire bégayer en quelque sorte, de la même manière où déjà, on remettait en cause la légitimité de la gauche à gouverner, comme en 1936 d'ailleurs... C'est même facheux, car la droite la plus bête du monde n'a rien retenu des leçons du passé, pire, elle les répète. Ce qui par ailleurs justifie ce surnom.

Ne nous y trompons pas, et en dépit des tensions entre le PS et le Front de Gauche, les socialistes, peu importent les conflits entre les uns et les autres, qui vont au delà de la ligne politique choisie par le gouvernement, jamais les socialistes ne doivent laisser passer ces mensonges sans réagir et s'il faut prendre la peine de rétablir la vérité, même si cela prend du temps et que les rancoeurs peuvent amener à la réticence, il faut agir. Il faut mettre la droite devant ses responsabilités, ses actes, en plus de ses mensonges visant à tromper les gens. C'est pourquoi j'ai décidé, à mon modeste niveau, d'agir. J'ajoute par ailleurs, que chez moi, il n'y aura aucun ni-ni qui tiendra. Dans l'hypothèse d'un second tour UMP/Front de Gauche, et ce, peu importe l'élection, je voterai non seulement pour ceux qui sont les plus proches de mes valeurs, mais aussi pour la République ! Le vote Front de Gauche répond à ces critères, et d'ailleurs, depuis 2009 et le débat sur l'identité nationale, je ne considère plus l'UMP comme un parti Républicain et les faits qui ont suivi ont renforcé cette thèse que je défends depuis 4 ans déjà. Le Front National, c'est le problème de la droite et ces gens doivent trancher de manière définitive sans se cacher derrière la gauche. Si les masques sont déjà tombés pour certains, il est temps que les évidences apparaissent aux yeux de tous et l'électeur pourra choisir ou punir en connaissance de cause, sans la moindre ambiguité vis à vis des uns et des autres.

15 mai 2013

Récession : mais puisqu'on vous dit que c'est la faute à François Hollande !

pavel-europe-recession_0

 

Ils sont magnifiques à l'UMP entre leurs politiciens et leurs militants, non ? La récession revient, et le ridicule de leurs propos me fait sourire. Entre ceux qui sont d'une incompétence totale et d'un amateurisme effrayant sur les questions économiques et Européennes, puis ceux faisant preuve d'une mauvaise foi maladive, on se demande pourquoi on ne taxerait pas tout ça car avec eux seuls, on pourrait renflouer les caisses de l'Etat ! Démonstration d'une propagande qui, personnellement, me fait beaucoup rire.


Revenons au quinquennat de Nicolas Sarkozy à propos de la récession d'abord : http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/article/2011/12/16/deuxieme-recession-en-france-depuis-2008-quatrieme-depuis-1949_1619720_1471069.html

Désolé les groupies Sarkolâtres, je sais que ça fait mal, mais la récession, ça ne date pas simplement d'aujourd'hui ! Donc, avant de parler, on se renseigne ou on fait travailler sa mémoire si toutefois l'honnêteté intellectuelle n'est pas en option ! Ca a donné quoi ? Evidemment, récession signifie pas de croissance, ralentissement de la production. Hausse du chômage, aggravation des comptes publics, et qu'a fait l'Europe ? Elle a imposé l'austérité folle avec la complicité de Monsieur Sarkozy, ce qui a flingué l'économie de la zone Euro, même Bruxelles reconnait, timidement mais ça commence à venir, que l'austérité est tout sauf la panacée ! Il ne s'agit pas de stigmatiser l'Europe comme institution, prôner la propagande idiote consistant à être un anti-Européen notoire. Non, c'est plus complexe que ça. Les coupables, ce sont les tenants de la pensée ultra-libérale, doctrine qui n'a de cesse depuis plus de 30 ans de provoquer une série de crises multiples aux Etats-Unis et en Europe, tout comme le Japon il y a quelques années. Absence de règles, de contrôle etc, on ne va pas revenir là dessus, on connaît le résultat.

Mais en 2008, avec la complicité de médias toujours sous domination de la pensée ultra-libérale avec leurs pseudos experts d'une arrogance maladive et ayant une absence totale de remise en cause, la droite racontait tout et n'importe quoi. Concours de billevesées, d'âneries en tous genres avec des gogos qui, idiots, aveuglés par la haine, voire les deux, avalaient sans problème. Donc le chômage, ce n'était pas de la faute de la récession, ni de l'austérité chez nos voisins ayant des conséquences, indirectes mais fâcheuses pour nos entreprises, mais c'était de la faute des chômeurs, ces fainéants qui profitent du système avec un peu plus de 400 €/mois ! Nos déficits, la dette ? Pensez-donc... C'est de la faute des fonctionnaires et des immigrés pardi ! Par contre, la fraude fiscale, les paradis fiscaux, entre 60 et 80 mds d'euro qui nous filent entre les doigts, sujet tabou ! Les subventions inutiles qui ne vont pas que vers les PME mais aux entreprises du CAC40 dont on se demande vraiment où est l'utilité économique, là, on n'en parle pas. Comme des milliards sur la formation professionnelle dilapidés n'importe comment avec des filières sans débouchés en bénéficiant, démontrant l'absence criante de stratégie à ce sujet, là aussi tout baigne...Le bouclier fiscal, inutile et ruineux, ce n'était pas un non-sens économique et ça n'a rien coûté à la France, comme les niches fiscales dont celle de Copé, entre autres, et dont l'inutilité économique est manifeste.

Je sais ce qu'on va me répondre : "tu as toi aussi tes boucs-émissaires avec le CAC40 et les riches." Non, c'est plus complexe que ça, c'est juste que ceux qui qualifient aujourd'hui les socialistes d'amateurs ou d'incompétents et qui ont menti aux Français sont des usurpateurs qui feraient mieux de se regarder dans une glace mais surtout, ils ont été des pitoyables gestionnaires, laissant au passage une ardoise de 600 milliards et 10% de chômeurs, dont 25% chez les jeunes et chez les seniors, rien n'a évolué dans le bon sens. Mais il parait qu'en 2012, des référendums, notamment sur la formation des chômeurs, allaient régler tous nos problèmes. Avant ça, en 2007, on expliquait que si un fainéant de chômeur refusait une formation, on lui sucrait son RMI, devenu RSA depuis. Problème : après avoir supprimé des moyens et du personnel à Pôle-Emploi, ces "remarquables" gestionnaires (on le voit notamment avec les comptes de l'UMP) se sont aperçus que seuls 10% des chômeurs, en 5 ans, ont reçu une proposition de formation ! Mais voilà, on a eu une droite clientéliste, et comme les choses ont mal tourné, il y a eu après la quête de boucs-émissaires qui a pris une autre dimension. Ces gens là ont par ailleurs défendu une austérité totalement absurde qui négligeait totalement l'aspect d'une politique de croissance nécessaire, et ils s'étonnent après des résultats en Grèce, de la croissance molle tournant de nouveau à la récession et qui impacte le marché de l'emploi quasiment partout en Europe, ainsi que le résultat d'efforts en matière de rigueur et d'austérité pour les uns, puis de sérieux budgétaire n'étant pas à la hauteur des espérances.

Aujourd'hui, l'austérité revient. Le jeu politicien et la paresse intellectuelle de la droite pousse certains à sortir des âneries. Des politiciens malhonnêtes intellectuellement pour les uns, trop limités et n'ayant aucune compétence pour parler d'économie et de l'Europe, nous expliquent que tout est de la faute à François Hollande... C'est tellement plus confortable... Seulement, certains citoyens sont beaucoup plus éclairés que ça. Sinon, 1993, 2007 : récession en France. Europe libérale, gouvernements de droite. Je sais que les choses sont beaucoup plus complexes parfois que ce simple raccourci, mais à ce petit jeu, la droite a tout à perdre... De 2007 à 2012, ce n'est pas François Hollande qui a défendu l'austérité, qui a négligé la croissance, et qui en France, a multiplié les niches fiscales, entre autres...Sans oublier l'absence totale de politique de l'emploi et de formation, et enfin, la question de la compétitivité a été traitée il y a quelques mois, pas par Nicolas Sarkozy, soi-dit en passant, et on verra par ailleurs si tout ça est vraiment efficace.

 

14 mai 2013

Manif pour tous : Ah ces familles qui manifestent dans la joie et la bonne humeur !

Après les violences d'hier au Trocadéro, l'UMP nous explique que les manifestants de la manif pour tous sont victimes de répressions injustes et qu'il y avait 2 poids 2 mesures... J'en avais un autre souvenir de ces familles pacifistes manifestant "dans la joie et la bonne humeur", on nous parlait même d'attaques de CRS contre des familles avec des enfants en poussette. Oh là là... Et si on se faisait un petit diaporama ? Le twitto @LeTemplierLoic a retrouvé quelques pépites et je me dois de vous les faire partager.

1

Nous observons la "terrible" agressivité des CRS sur cette image s'en prenant à la famille Française...

2

Un remake de Don Camillo à l'Assemblée Nationale ? Cette fois, Peppone est de droite...

3

Un Peppone de droite, député de la République, respectant l'ordre et l'autorité...

4

Regardez moi ces CRS qui gazent des enfants dans leurs poussettes, c'est terrible !

5

Cet enfant a trop regardé Kung Fu Panda... Un papa, une maman...

6

Jeu très prisé des familles : jouer à saute moutons barrières

7

Ceci n'est pas une mêlée dans un match de rugby. Oh ! Hervé Mariton qui tourne le dos !

8

Ambiance familiale et pacifique !

9

Mais puisqu'on vous dit que ce sont les CRS qui agressent ! Bbbbrrrr dictature socialiste...

tumblr_mkc8h7xHLm1s9x1wdo1_500

Oh c'est forcément pour montrer aux CRS l'efficacité d'un déodorant !

 

Dommage que je n'ai pas la vidéo de ce curé appelant à "matraquer du décadent" avec les gentils pacifistes que sont les "veilleurs"...

Sinon, ce n'est pas de la racaille tout ça ?

 

Posté par Roger Smith à 16:16 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

PSG et incidents du Trocadéro : l'UMP sordide disqualifiée qui dérape encore !

tb

Si on ne peut que condamner les idiots se comportant comme des brutes sur la place du Trocadéro hier, lors d'un évènement qui devait être une fête pour les supporters du Paris Saint-Germain qui attendaient depuis 19 ans un titre de Champion de France, on ne pouvait que craindre ce qui semblait évident. Les donneurs de leçons, les chiens Sarkozystes qui exploitent chaque fait-divers, chaque évènement tournant à l'émeute, surtout si par malheur figurent des jeunes venant de la banlieue nord ou est de Paris (mais aussi des anciens du Kop Boulogne, les fachos de service), il faut en profiter et comme toujours, il y a toujours un gros beauf imbécile de député qui fait un dérapage raciste et qui, comme toujours, dit "regretter ses propos". Comme toujours aussi, Copé en rajoute des tonnes, et comme toujours, Morano insulte un socialiste et a comme réflexe pavlovien de traiter les gens d'incompétents, oubliant de se regarder dans une glace !

TRPar7556674

Je me demande si on a vraiment viré Nicolas Sarkozy de l'Elysée et si on s'est débarrassé de tous les symboles détestables autour de ce régime malsain. Au Trocadéro hier, ça a dérapé. Jean-Christophe Cambadélis a ben résumé la situation : on s'est souvenus des hooligans après que Robin Leproux, ex Président du PSG avait lancé son plan pour chasser les fachos et autres hooligans du Parc des Princes, rendant l'atmosphère de ce stade plus agréable et mettant fin aux violences. Ce club, dont je ne suis pas supporter, bien au contraire, mais que je respecte, était menacé de disparaitre un jour, ce qui était dramatique. Oui mais voilà, quelques années sont passées, et après la tranquilité et le calme, ces individus se sont signalés de nouveau, l'occasion était belle. Il s'agit bien d'un gros ratage, la Préfecture s'est plantée, la direction de la sécurité du PSG n'a pas fait le travail de mémoire indispensable auprès des dirigeants Qataris qui ne pouvaient pas faire forcément le rapprochement. Cependant, il convient aussi de noter que ce n'est jamais simple de maîtriser la situation avec des hooligans. Regardez en Angleterre, dans les années 80, souvenez vous du drame du Heysel, à Bruxelles, en 1985. Rappelez vous de Lens, en 1998, avant Angleterre/Allemagne et notamment le gendarme Nivel qui avait failli perdre la vie. En 1998 toujours, à Marseille, avant Angleterre/Tunisie, les rues étaient saccagées. Pas de mort en 1998, mais à Paris, en 2006 ? Près d'un restaurant, un hooligan du PSG, voulant en découdre avec des supporters de l'Hapoel Tel Aviv car juifs, était prêt à tuer. Il a fallu le sang froid d'un policier, Antoine Granomort, pour protéger dans un restaurant un de ces supporters qui n'était pas venu pour semer la violence. Il n'a pas eu d'autre choix que de tirer et abattre un de ces voyous. Dans l'essentiel de ces drames, il y a eu des morts. Ce ne sont pas des bisounours qui viennent en découdre, et hier, ça aurait pu aller encore plus loin.

Mais les Sarkozystes, c'est plus fort qu'eux, il faut qu'ils viennent tirer profit de tout ça. Là aussi ils sont comme le Front-National, surtout quand un obscur député abruti dérape dans le racisme ! Lire ici : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/05/14/97001-20130514FILWWW00302-incidentspsg-un-depute-ump-derape.php

C'est toujours la même chose ! Lien douteux, dérapage, le beauf décomplexé de service, face à la protestation, comme toujours, dit "regretter ses propos." C'était pareil sur le mariage pour tous, l'identité nationale, après le discours de Grenoble etc... C'est toujours le même mode opératoire dans le concours de stupidité et de haine ! Toujours ! C'est insupportable... Il arrivera un jour, où des gens en auront tellement marre, qu'ils voudront en découdre avec ces beaufs ! Personnellement, l'envie irrésistible de les gifler est de plus en plus difficile à contrôler. Je ne prône pas la violence, mais depuis les dérapages sur l'identité nationale, ça n'arrête plus et j'en ai plus que marre de vivre dans ce pays de cinglés !

Après, on a l'excité de service, Jean-François Copé, le factieux en chef, qui a mis du temps à dénoncer les dérapages et les violences autour de la manif pour tous, mais qui n'a rien dit sur les premiers dérapages, en novembre, à Lyon, pour la même manifestation, ni en janvier d'ailleurs ! On ne l'a pas entendu non plus, ni aucun autre de la direction nationale de ce parti, dénoncer les manifs de néo-nazis, après le vote de la loi en seconde lecture à l'Assemblée Nationale, à propos du mariage pour tous. CRS agressés, saluts nazis dans la nuit, tout ça, c'était devant l'Assemblée Nationale et aux alentours, et quand le député Le Fur, quelques jours auparavant, gifle un gendarme et pousse certains à se durcir, personne n'a moufté ! Pensez donc, les bélligérants venaient essentiellement de la banlieue ouest de Paris...

Surtout, ces gens là, dont Nadine Morano, la peste blonde tendance Nelly Olson sur laquelle je reviendrai, ont la mémoire bien sélective ! Voyez par vous-même : http://www.tdg.ch/monde/sarkozy-militants-ump-excedes-journalistes/story/13904974?dossier_id=1269?comments=1 

C'était le 1er mai 2012, au Trocadéro (amusant), à un meeting de Nicolas Sarkozy (le gourou de la secte), des journalistes giflés, des femmes journalistes se faisant agresser et tirer les cheveux, des crachats... Qui a dénoncé quelque chose ? Qui a parlé d'amateurisme s'agissant de la sécurité des journalistes ?

Maintenant, le cas Nelly Olson, je veux dire Nadine Morano. Je ne reviendrai pas sur le fait que personne ne comprendra pourquoi on lui demande son avis sur tout alors qu'elle n'est plus rien, si ce n'est la majorette du Kaiser Sarkoco. Mais c'est curieux, elle n'a ni dénoncé la manifestation du GUD à Nancy, ni sur un autre rassemblement néo-nazi à Toul il y a quelques mois, elle qui nous gonfle sans cesse avec sa présence sur les plateaux télés pour donner des leçons à la terre entière. Madame "je suis partout" ne l'a pas ramené sur ce sujet : http://www.loractu.fr/nancy/2716-toul-54-reunion-de-1-500-neo-nazis-la-justice-va-s-en-meler.html

Elle m'énerve. Elle insulte sans cesse les gens, parlant d'incompétence, elle qui a occupé un emploi fictif partout, dans chaque ministère occupé, qui s'est fait taper sur les doigts avec la TVA allemande par Jean-Jacques Bourdin en janvier 2012 et qui ne savait même pas qui était depuis des années le PDG de Renault ! Elle aime manier l'insulte car elle n'a que ça pour répondre à ses adversaires, mais elle réagirait comment si on la traitait d'idiote et de gourde ? D'ailleurs, c'est simple, savez-vous comment on fait pour appeler une personne avec 10 de QI ? On compose le numéro de Morano. Florilège de tweets rageux suintant de haine :

Capture

Capture2

Capture3

Capture4

Le bon sens voudrait qu'on la laisse à ses putasseries, oui mais voilà, elle ressent le besoin d'être irritante et insultante. Notez par ailleurs que contrairement à elle, Manuel Valls ne la convoquera pas au commissariat parce qu'il est insulté de menteur, il n'est pas comme elle lorsqu'une internaute a été convoquée au commissariat pour avoir écrit à son égard "hou la menteuse" sur la partie commentaires de Dailymotion... Souvenez-vous : http://www.rue89.com/2009/06/05/hou-la-menteuse-morano-est-bien-allee-jusquau-tribunal

Moi par contre, si j'étais Manuel Valls, je lui aurais donné une bonne leçon ! Convocation au commissariat, garde à vue ! Histoire de lui rappeler qu'elle arrête de se comporter comme les seigneurs du Moyen Age se croyant au dessus de tout, notamment vis à vis des gens. C'est une hystérique et un danger public, elle est folle à lier.

Pour ce qui est du terme "gauchiste", revenant sans cesse car son vocabulaire est si limité, mieux vaut ça que d'être une peste ayant des "valeurs communes" avec le Front National !

Ces gens là m'indisposent, et je ne suis pas le seul dans ce cas !

02 mai 2013

Valeurs Actuelles : ce tabloid nauséabond qui fait honte à la presse Française

Ils sont déchainés depuis quelques temps. Valeurs Actuelles, torchon incarnant la droite décomplexée se lâche. Sur François Hollande, certes, de manière odieuse, mais aussi sur "Les Verts" ou l'Islam. Pour en revenir à François Hollande, on n'est pas dans le combat politique mais dans l'insulte, le lynchage, le règlement de compte. Aucun fond, que de la bassesse et de l'insulte. Ajoutez-y une pincée de paranoia et de délire sur l'Islam, la liberté d'expression et les caricatures outrancières sur la gauche et vous avez dans ce torchon en quelque sorte l'almanach de la ligne Buisson qui fut un ancien collaborateur.


Tout d'abord, voici la nouvelle une de ce tabloid :

BJQWialCEAABG9m

Je reviendrai sur la honte, pour la presse comme pour la France, car dans les deux cas, ce torchon en transpire. Honte, le mot est fort, non ? Mais honte par rapport à quoi ? On lit "un an de bricolage pour le capitaine de pédalo", déjà on est dans le slogan insultant, on sent que le respect n'est pas une vertu chez ces gens là. "Quand la France devient la risée du monde" dit ce torchon, je serai étonné de savoir pourquoi, mais je ne m'attends à rien de brillant dans le contenu si ce n'est le délire de la droite décomplexée. Enfin, l'interview d'un putchiste au sein de son propre parti qualifiant le Président comme quelqu'un de sans compétence. Toujours mesuré ce Copé, lui qui a fui le bilan de Sarkozy et qui n'a jamais rien fait d'exceptionnel comme ministre hormis des niches fiscales et dont le travail parlementaire n'a pas crevé l'écran non plus, quand ce ne sont pas des amnisties fiscales proposées...

Mais "Valeurs Actuelles", fondé en 1966 par Raymond Bourgine, partisan de l'Algérie Française, a l'habitude avec ses unes outrancières, insultantes et même paranoiaques. Un florilège de unes délirantes récemment :

0022b944

0023b3c6

39413

43467

709968493

 

On continue ?

 

dfb54bef702a2a0ac1bfbe25672f4773

E8sP9

original

valeursactuelles

valeurs-actuelles-3966-sarkozy-reviens-931543765_ML

 

Notez le choix des mots, l'irrespect, le réflexe pavlovien consistant à faire une fixette sur l'Islam, puis sur les clandestins. "Dictature" à propos des Verts, la santé qu'on "assassine" (décidément, après les enfants en 2012 et le PS du côté des assassins en 2007...), "bouffons" ou "molle" à propos de la gauche et de la République sous François Hollande, représenté en dessert caramélisé comme n'importe quel beauf réac sur Twitter le représente car n'ayant aucune critique constructive et manquant totalement d'éducation et en particulier de respect. Ca transpire la droite décomplexée réactionnaire, outrancière, rancunière et qui considère que la République est sa propriété. Le délire paranoiaque sur des Français qu'on tenterait de baîllonner, sous entendant au passage que c'est le peuple, comme l'affirme Zemmour qui met sur le même plan la liberté d'expression et le racisme ou autres formes de délit et d'intolérance, mais ce n'est pas tout, on retrouve d'autres pathologies de la droite réactionnaire.

Les syndicats qui détourneraient des milliards, en se servant de faits isolés car ils font une généralité le cas de quelques syndicalistes détournant de l'argent, du même niveau que le "tous pourris" s'agissant des politiques. C'est plus simple que de parler du manque à gagner sur les paradis fiscaux, et là on parle de 60 à 80 milliards d'euros... Les syndicats reçoivent de l'argent public ? Le patronat aussi, quel scoop ! Mais voilà, il faut nourrir le fantasme des "méchants" syndicats. Sinon, on veut aussi laisser crever dans la rue les clandestins, parce que, Mon Dieu, ça coûte de l'argent ! Ils se font appeler "Valeurs actuelles" les mecs, ils sont fortiches, non ? Ils ne comprennent même pas les valeurs de la France qui sont des valeurs humanistes, mais tout va bien... Houlà, j'ai employé "valeurs" et "humanistes", risque de claquage de cerveau si un beauf réac lit ce billet.

Et puis, évidemment, le vieux culte du chef, traditionnellement de droite mais avec Sarkozy, ça tourne au culte de la personnalité, comme dans l'UMP actuelle. La dernière fois qu'on a fait ça en France c'était sous...Pétain ! "Mon Dieu, point Godwin !" Ben non, un rappel des faits implacables, et j'aurais pu parler de ce culte semblable avec Franco en Espagne et même avec Castro à Cuba. C'est la même chose ! On invente des ennemis extérieurs, des mauvais citoyens, un ennemi intérieur et on glorifie une sorte de protecteur. Revoyons les unes de "Valeurs Actuelles", rappelons nous des discours influencés par la ligne Buisson et que voit-on ?

Sinon, c'est du journalisme tout ça ? Ca n'a même rien à voir avec le journalisme d'opinion, de droite comme de gauche ! La peur, la haine, la paranoia, l'hostilité, l'irrespect, tout ce qu'incarne "Valeurs actuelles" qui est, au fond, pire qu'un tabloid anglo-saxon tant il véhicule tout ce qui a de plus détestable chez l'homme de propagande, car justement, c'est bien de ça dont il s'agit : de la propagande ! Finalement, ce qui a fait honte à la France, c'est que Nicolas Sarkozy, autrefois dans le champ Républicain, est tombé entre les mains de Buisson, diffusant une propagande haineuse qui a monté les gens les uns contre les autres en cherchant des boucs-émissaires et en manquant de respect à leurs opposants. Quant à "Valeurs actuelles", c'est pareil, sauf qu'ils se disent journalistes.