Votre humble serviteur a pu se procurer le compte-rendu du maire de Jaulny, commune de la 5ème circonscription de Meurthe-et-Moselle, relatant l'agression verbale limite physique de Nadine Morano à son encontre. Une fois de plus, l'ex-groupie de Nicolas Sarkozy a encore fait parler d'elle à travers ses frasques, sa vulgarité, sa haine et son arrogance. Moments savoureux que votre serviteur ne pouvait pas, non ne pouvait pas, vous priver tant cela est assez délicieux quand on sait qu'elle va disparaitre du paysage politique Français, bien que cela en dit long sur la mentalité de cette personne détestable aux méthodes plus que discutables et surtout anti-Républicaines ! Nous y découvrons une femme qui est violente, mais pas que sur le plan verbal...

1momo

 Lire d'abord la lettre ouverte de François HANOT, maire de Jaulny, à ses administrés ici

Et maintenant, le compte rendu de François HANOT, maire de Jaulny :


1ère mi-temps : Discours de circonstances du Maire de Thiaucourt, puis discours intelligent du Vice-président du CG54, Olivier Jacquin (sans parti pris !) représentant Michel DINET, Président du CG54, discours poétique et culturel du représentant de JP Masseret, VP à la culture oblige, et au final, discours électoral Madame MORANO.

Dans le fil du discours d'icelle, une allusion aux subventions répandues ici et là ... "à l'exception d'une commune qui n'a pas su réaliser les travaux pour lesquels elle avait demandé une subvention". Fin de la première partie.

Entr'acte : j'avais vu, durant l'intervention d'Olivier, l'ex-ministre se pencher vers le Maire de Thiaucourt et -je lis sur les lèvres, par habitude- demander qui est "HANOT". Le maire de Thiaucourt - peu discret - me montre du doigt. Confirmation de ma lecture. Pas de confusion possible, j'étais au 1er rang.

2ème mi-temps : les discours terminés, du haut de son estrade, Mme l'ex me montre du doigt en me faisant comprendre qu'elle veut me voir. Je tourne la tête pour ... voir celui ou celle qui, dernière moi, pouvait être manifestement concerné(e) par ce doigt autoritaire ... et faisant fi de son projet, je fais mine d'aller ailleurs. "Elle" me cherche (je l'ai vue), je reviens à l'endroit initial et engage une conversation avec un quidam : "belle salle, beaucoup de monde, etc ..." ... pour être violemment attrapé par la manche par qqn qui surgit derrière moi, rouge de colère :

- "Ah vous voilà vous. Vous êtes un sale menteur. Vous êtes un minus, vous êtes un moins que rien."
- "Madame, c'est à moi que vous vous adressez ou au maire de Jaulny ?"
- "Vous n'êtes même pas digne d'être maire, vous êtes un minable, un menteur, un sale menteur. D'ailleurs tous les gens de Jaulny vous détestent. J'ai plein de lettres de gens qui se plaignent de vous. Vous êtes un menteur (...elle le dira au moins 10 fois...), une sale menteur (...elle le dira au moins 10 fois...) un minus (déjà dit), un minable (déjà aussi dit)..." Et l'ex.... continue en hurlant... Du monde se regroupe autour de nous.
Philippe Morenviller (son suppléant devenu député) arrive.
- "Madame Morano, vous m'agressez sans aucun respect. Pouvez-vous me parler calmement ? Je ne jouerai pas votre jeu, je vous respecte, moi !"
- "Taisez-vous, vous n'êtes qu'un menteur, un sale menteur".
Olivier JACQUIN tente de prendre une photo de l'événement pour la postérité, demande à l'Ex de se calmer. En vain.
Philippe Morenviller s'interpose et évoque le droit à l'image.
Je réponds en revendiquant le droit au respect.
Madame MORANO m'agrippe la manche. Je me dégage.
Philippe Morenviller : "Je vous interdis de toucher à Nadine MORANO".
Je lui précise que ce n'est pas moi qui m'agrippe ma manche ! 
- "Menteur, sale menteur, minable, minus, petit maire, sale menteur. J'irai voir chacun des habitants de Jaulny et je leur dirai combien vous êtes minable et quel est le menteur que vous êtes".
- "Madame, si vous voulez vous prendre pour un Pitbull, sachez que je ne suis pas votre os. Je n'ai plus rien à vous dire. Bonsoir" ... et Je vais ailleurs...


Décodage ... rapide ....pour celles et ceux qui ne sont pas au courant  (en deux mots ... ou presque ...) :

2006 - Alain Philippot, alors Maire de Jaulny, sollicite Mme Morano pour une aide sur sa "réserve parlementaire" pour des trottoirs à refaire à JAULNY. Sarkozy écrit son intérêt pour nos trottoirs. 10 000 € sont annoncés sur la réserve parlementaire de Mme MORANO.
2007 - Alain Philippot démissionne - l'entreprise qui devait faire les travaux renonce à les faire - Jean-Marie HAUE est élu - les riverains ne sont pas d'accord sur les travaux envisagés - un huissier est saisi -
2008 - 2009 - adjoint de Jean-Marie HAUE, je le lance et le relance pour l'engagement des travaux sous peine de perdre la subvention que je sais devoir s'inscrire dans un délai de deux ans. Un courrier est adressé en ce sens en 2009 (enfin ! ) pour solliciter un report, un délai, une compréhension . Réponse : "Vous avez dépassé les délais...". Bref c'est foutu. A la limite, normal !
2010 - Une nouvelle entreprise est trouvée... mais Jean-Marie HAUÉ nous fait savoir qu'il est atteint de la maladie de CHARCOT (forme la plus grave de la sclérose en plaques) et que ses jours sont comptés.
2011 -  Jean-Marie démissionne et Thierry FAFIN est élu Maire. Il relance la mécanique, trouve l'entreprise....Puis démissionne à son tour.
Je suis élu Maire au 1er octobre et gère les travaux alors engagés. Ils sont à présent terminés.
2012 -  élections législatives. Un tract de Mme MORANO ciblé sur JAULNY fait savoir qu'elle a versé 10 000 euros à la commune. Je rectifie l'information par un courrier que je distribue (à mes frais) à chaque habitant : les 10 000 euros n'ont jamais été versés à la commune

Hier 6 juin, Madame Morano écrit au sous-préfet de Toul pour l'interroger "sur le dossier de JAULNY". Le sous-préfet lui répond, en flux tendu, le 7 juin !!!
Ce même 7 juin, Madame Morano fait distribuer par sa mère à tous les habitants un contre-tract dans lequel elle dit (entre autres) ne "pas tolérer les mensonges et la mauvaise foi de Monsieur HANOT" et joint la réponse du sous-préfet en date du 7 juin toujours ... qui confirme que les travaux n'ont pas été faits dans les délais d'attribution de la réserve parlementaire. Elle rajoute un petit skud à l'intention du Président de la Communauté de communes en précisant qu'elle lui a versé "54 000 euros pour soutenir le commerce, l'artisanat et les services de ce territoire"... Qu'en a-t-il fait ... ce président ? Alors que cela devait être "réparti entre les communes" (reportez-vous au texte, c'est mieux dit...)

Madame Morano m'a promis d'aller voir PERSONNELLEMENT chacun de habitants de JAULNY "pour rétablir la vérité et leur dire le minable que [je suis]".
C'est là bien d'honneur qu'elle porte à ma petite personne. Vous vous rendez compte de l'importance que je peux avoir dans le cœur de MME MORANO pour qu'elle se mette dans un tel état ?

Voilà, c'est fini.