nicolas-sarkozy_14

 

Après un sondage annonçant un rejet de Nicolas Sarkozy par 65% des Français, voilà qu'on découvre un bien curieux sondage Ifop annonçant ce dernier devant François Hollande niveau préférence. Si on ne peut nier dans l'esprit Français une faculté à devenir amnésique, le laps de temps entre son départ et aujourd'hui demeure très court et la différence de style entre Sarkozy et Hollande est si criante et si peu avantageuse pour le premier cité qu'on peut s'interroger, surtout compte tenu du passif d'Ifop. Evidemment, les groupies de l'ancien Président sont de sortie, faisant étalage de leur arrogance et de leur médiocrité.


Durant la campagne Présidentielle, Ifop était le seul sondage à annoncer Nicolas Sarkozy devant François Hollande et après l'inversement des courbes, il annonçait seul contre tous un écart 31% - 27% favorable à l'ancien locataire de l'Elysée. Ils utilisaient comme système de sondage le "rolling." On peut donc s'interroger sur la légitimité de ce sondage, et ne pas oublier non plus que c'est Laurence Parisot, numéro 1 du Medef qui dirige Ifop. Pourquoi ne pas y voir une manoeuvre ? Justement, pourquoi ne pas y croire ? Je me moque de ceux qui m'accuseront d'être parano, mais Sarkozy cherche coûte que coûte et de manière pathétique à revenir au pouvoir. Il a activé ses réseaux médiatiques aussi. D'ailleurs, à ce sujet, comment croyez vous qu'une gourde sans cervelle comme Nadine Morano est encore présente dans les médias après avoir pris une tôle aux Législatives et ayant occupé un emploi fictif au gouvernement ? Pas simplement parce que la vulgarité plait de nos jours dans le système médiatique, mais parce que c'est la groupie porte-parole officieuse limite pitbull dès lors qu'on est un "affreux gôchiste". Peu importe aussi ses limites, notamment intellectuelles. Mais pour en revenir à Ifop, ça peut très bien faire partie aussi du dispositif de com' pour le come-back du pseudo héros qui, auparavant, avait coulé la France.

N'a t'on pas vu des sondages bidons avec OpinionWay et Le Figaro quand Sarkozy était au pouvoir ? Là, avec Ifop, on peut aussi s'interroger. Le sondage annonçant un rejet de Nicolas Sarkozy par 65% des Français cassait le plan com', ça aurait dû balayer d'un revers de main l'hypothèse d'une nouvelle adhésion des Français au Sarkozysme arrogant fait de poudre aux yeux et montant les Français les uns contre les autres afin de masquer (en vain) ses échecs. Le sondage Ifop tombe à merveille ! Ca permet de maintenir l'idée dans l'esprit de tous que l'ex-monarque déchu peut revenir, et de légitimer certains médias nous fatiguant avec le "va t'il revenir" auquel on a le droit trop régulièrement. Sarkozy ne lâchera rien, il faudra le combattre avec la plus grande férocité car il dispose d'un réseau médiatique très important, des amis chez les instituts de sondage et aussi les milieux affairistes.

On peut aussi s'interroger lorsqu'on évoque les styles des deux Présidents, l'ancien et l'actuel. Parce que les difficultés économiques et sociales n'ont pas surgi à l'arrivée de François Hollande à l'Elysée et les Français ne sont pas aussi débiles que ça. Hollande, on peut lui reprocher d'être trop consensuel, mais on a tellement manqué de consensus dans ce pays où on était monté les uns contre les autres ! Sarkozy était toujours dans l'invective, et pas simplement au niveau national ! Des chefs d'Etat et des membres de la Commission Européenne se sont souvent plaint de son attitude, voire des insultes. Sarkozy était vulgaire ("casse toi pauvre con"), champion de l'auto-satisfaction permanente (malgré son bilan), mégalo comme il n'en n'est pas permis et autoritaire au point de faire virer des Préfets parce qu'ils ne repoussaient pas les manifestants à 2km de son safari médiatique en province. Comment peut-on croire alors qu'une majorité de Français, malgré tout ça, regrettent Sarkozy ? Une tendance sado-masochiste s'est développée dans ce pays sans que je ne m'en aperçoive ?

Pour autant, les Sarkozystes me fatiguent ! Les Woerth, Morano, Hortefeux and co ont le don de m'exaspérer, et je ne suis pas le seul ! Voilà ces porte-paroles d'individus souffrant tellement de la crise qui en sont confrontés au dilemme, à savoir attendre l'an prochain pour changer son Audi acquise 2 ans auparavant pour aller skier à Morzine, donnant des leçons ! Ils ont découvert les crises successives s'abattant sur le pays ! Bon, c'est vrai, Sarkozy parlait de la crise, mais pour s'en servir comme excuse quand il demandait des efforts aux Français en dépit du fait que les nantis étaient non seulement exonérés, mais pire encore, profitant des largesses et des cadeaux d'un gouvernement qui, là pour le coup, était clientéliste ! Les groupies Sarkozystes découvrent le chômage et poussent des cris d'orfraie. C'est amusant, il a commencé à grimper durant les 12 derniers mois du quinquennat de leur idole. Ils s'affolent des déficits. 5,4% du PIB quand ils sont partis, 3,7 aujourd'hui, ça se passe de commentaires. Sarkozy était aussi une victime maltraitée par les médias (il manque l'air de violon comme fond sonore pour éventuellement écraser une larme), ce n'est pas comme si il avait fustigé les chômeurs, les syndicats, les musulmans, les fonctionnaires et les immigrés...

Oui mais voilà, en dépit de tout ça, c'est plus fort qu'eux, c'est même maladif ! Il ressentent le besoin d'étaler leur arrogance, mais ils fuient leur propre bilan ! Sur la fiscalité, 33 milliards d'efforts sur le budget 2012 de la part de François Hollande, ils appellent ça du matraquage...Ils auraient appelé ça comment si Sarkozy avait été réélu ? Car ces 33 milliards, c'était un engagement pour la France pris par Sarkozy devant la Commission Européenne à Bruxelles ! Sous Sarkozy, si ce dernier avait été réélu, j'aurais appelé ça une boucherie car on aurait payé plus dans la mesure où les parasites nantis en auraient encore été exonérés et le clientélisme aurait fonctionné à plein régime pour le coup, eux qui l'évoquent quand il s'agit de la suppression de carence par le gouvernement Ayrault pour les fonctionnaires, des gens qui ont déjà eu leurs salaires gelés et ne gagnant pas des sommes astronomiques ! Cet exemple justement démontre la répugnance que le peuple a de Nicolas Sarkozy !

Sinon, comment un homme et un projet (ainsi qu'une vision libérale sur l'économie) ayant échoué pourraient réussir ? Sarkozy ne changera jamais, et je n'entends jamais de propositions sur le chômage (comme durant sa Présidence) ! Je vois juste un type frustré rempli de rancoeur au point-même où, en dehors de ne parler que de lui et se prenant pour De Gaulle après avoir été la marionnette de Buisson, le Maurrasso-Pétainiste, il critique l'intervention au Mali où il n'y avait pas 2 choix mais un seul, ou alors tenant un discours de beauf décomplexé et indigne sur l'adoption pour les couples de même sexe. Chez les groupies de Rael Sarkozy, c'est pire ! Mettons de côté Morano, son cas est si désespéré qu'il ne faut pas espérer grand chose. Seulement, ces groupies n'ont pas l'impression d'être ridicules en donnant des leçons sur le social et l'économie, vu leur bilan ? Où sont leurs propositions ? Rien, et les mêmes qui fustigeaient Hugo Chavez à sa mort en attaquant notamment Victorin Lurel (1)  après avoir déformé ses propos, sont en train de développer un culte de la personnalité risible autour d'un individu ayant lamentablement échoué et ayant accroit les inégalités dans ce pays, quand ce n'était pas la liberté de la presse et des médias remis en cause !

 

 

(1) Victorin Lurel avait dit que Chavez, comme De Gaulle avait modifié la Constitution et que comme Blum, il a réduit la pauvreté (de manière considérable).