6421349968462

 

Oui je sais, on approche de Pâques, au moment où on évoque le martyr de Jésus, il est cruel d'évoquer le calvaire d'une femme politique qui, depuis la chute de Nicolas Sarkozy, craque complètement. Mais bien que n'étant pas pratiquant, ma charité chrétienne m'amène à réagir et si la comparaison entre Jésus et Nadine Morano peut paraître absurde, son sort va finir par émouvoir les Français et moi-même je ressens de la pitié par rapport à son cas personnel. Elle devient de plus en plus pathétique et se fait du mal pour rien, à cause notamment de Twitter.


Pour Nadine Morano, la déchéance, c'est maintenant, et ce, depuis le 6 mai dernier. Nommée ministre sur quasiment un malentendu, c'est à dire après une tôle aux municipales de 2008 où elle a fini 3ème au second tour à Toul derrière un autre candidat de droite, lui aussi balayé, elle entre au gouvernement. Je parle de malentendu, en réalité dans un régime normal, après avoir été écartée durant la campagne de 2007 de Nicolas Sarkozy, après avoir multiplié les outrances comme par exemple prétendre à l'Assemblée Nationale que le PS était "du côté des assassins", son sort aurait dû être scellé. Oui mais voilà, Nicolas Sarkozy aime s'entourer de gens dociles à son égard et limite caniches pour sa cause. Son (in)action au gouvernement plaide d'ailleurs contre elle. A la Famille comme à la Formation Professionnelle, elle n'a aucun bilan à présenter, c'est à peine si elle n'occupait pas un emploi fictif, sauf pour occuper le Ministère de la Parole et mordre les mollets de certains avocats, certains journalistes ou encore l'opposition. De plus, elle ne s'est fait connaître, en dehors son agressivité maladive, que pour ses frasques. Une employée de Kookai licenciée à cause d'une plaisanterie, une internaute convoquée par la police pour avoir laissé comme commentaire "hou la menteuse" sur Dailymotion, ses propos douteux sur la casquette à l'envers et après la débandade du 6 mai dernier, au moment des Législatives, ses appels du pied répétitifs au Front National, jusqu'à accorder une interview à "Minute" ou faire un parallèle douteux entre la France de François Hollande et le Liban.

Quand Morano n'est pas rongée par la haine, elle ne passe pas non plus pour une lumière. Quant à sa légitimité, elle est sacrément remise en cause. Elle qui reprochait à Dominique de Villepin, lorsque ce dernier était Premier Ministre, de ne pas avoir de légitimité électorale, n'a fait que perdre toutes les élections à laquelle est s'est présentée entre 2007 et 2012, toujours avec des écarts collossaux. Municipales, Régionales, et maintenant Législatives ! Pire, pour 2014, toujours s'agissant des Municipales, Morano est contestée purement et simplement par ses anciens militants, dont Michel Pfaff et son ancienne secrétaire Catherine Varin, montant une liste autonome présentée à l'UMP pour la ville de Toul, indépendamment de Morano. Même dans son entourage, elle est contestée. Vous imaginez Alain Juppé, François Baroin, Michèle Alliot-Marie ou d'autres anciens ministres de Nicolas Sarkozy subir un tel sort, aujourd'hui comme hier ? Même Jean-François Copé qui a déjà perdu aux Régionales de 2004 et son poste de député en 1997 n'a connu une telle désillusion et une telle contestation sur le plan local.

Morano était connue pour ses frasques et ses dérapages, aujourd'hui pour exister, elle n'a plus que Twitter pour déraper. D'abord, elle a plus de faux abonnés que de vrais. Mais voilà, pour exister, elle doit provoquer. Dernière provocation en date : sur François Hollande et le mariage pour tous. Lire ceci :

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/807964-tweet-auto-censure-de-nadine-morano-sur-francois-hollande-mais-a-quoi-joue-t-elle.html

Pour une ancienne ministre dont la présence au gouvernement était très contestable, ça fait tâche et ce n'est pas la première fois. Elle est le personnage politique le plus détesté de France, même Nicolas Sarkozy suscite moins de rancoeur et d'hostilité alors qu'il avait placé la barre très haute. A l'UMP non plus ils ne sont pas très fans d'elle, et même Jean-François Copé ne l'apprécie pas trop. En plus de cette image détestable, elle en est réduite à une image de groupie de Nicolas Sarkozy. Elle n'avance jamais la moindre idée, et ne fait que casser du Hollande, pratique tout sauf exceptionnelle, si ce n'est que chez elle ça devient excessif, limite pathologique car même Jean-Luc Mélenchon qui en fait trop par moment paraît modéré à côté d'elle, limite enfant de choeur.

Plus dramatique encore : celle dont l'UMP présentait abusivement comme venant du peuple défend les familles aisées sur la réduction des allocations familiales. Elle a beau jeu de reprendre l'intox circulant sur le net par rapport à François Hollande qui aurait estimé que les riches, c'était à partir de 4000€, mais ce dont on est certains, c'est que Morano ne sait pas ce que sont les classes moyennes. Pour elle, réduire les allocations familiales comme le prévoit le député socialiste Gérard Bapt dans son projet de loi à partir des revenus allant environ autour de 30 000€, c'est un "matraquage" (nouveau mot appris récemment à l'UMP) des classes moyennes. C'est tout simplement risible...

Pourquoi doit-elle renoncer à la politique ?

Tout simplement parce qu'elle a eu une carrière inespérée, elle n'aurait jamais dû être là où elle était. Aujourd'hui, après avoir touché le fond en permanence, elle creuse la tombe du peu de dignité qui lui restait et l'enterrement de première classe ne saurait tarder. Les médias, quand ils la reçoivent, espèrent faire grimper l'audimat car elle a une faculté à déraper assez déconcertante, comme récemment en faisant un parallèle étonnant entre l'affaire Sarkozy/Bettencourt et l'affaire Outreau. Pourquoi se faire autant de mal ? A l'arrivée, elle s'en prend plein la figure, comme toujours. Il est temps qu'elle renonce à la politique et qu'elle reprenne une vie normale, car sa frustration et son aigreur lui jouent des mauvais tours. Si Morano devient une caricature d'elle même et qu'elle fait encore réagir sur le net, ça fait longtemps que les éditorialistes l'ignorent et que la gauche ne perd plus son temps à lui répondre car à leurs yeux, elle n'en vaut plus la peine. Si elle persiste, l'indifférence générale qui ne saurait tarder va provoquer un choc chez elle dont on peut douter des conséquences graves chez elle, allant au delà de la déprime actuelle et de l'aigreur.