169-jose-manue-barroso-et-ange-merke-a-conference-presse

 

 

Il a suffi d'un texte du Parti-Socialiste dénonçant l'austérité et la politique imposée par Angela Merkel pour que les agents du libéralisme tels Jean-Michel Aphatie ou Jean Quatremer, voire d'autres encore (politiques et commissaires de Bruxelles notamment), osent parler de germanophobie et d'europhobie ! Ca va vite, non ? Tout ça parce qu'un texte ose ébranler leurs petites certitudes après un constat d'échec reconnu par le FMI et même Barroso (quel gauchiste !), on est suspect de germanophobie et d'europhobie. Tout ceci relève une paresse intellectuelle, l'absence totale de remise en cause propre des tenants de la pensée ultra-libérale depuis plus de 30 ans et qui glorifie encore Thatcher, un mépris manifeste de ceux qui osent remettre en cause leurs principes et surtout une malhonnêteté intellectuelle profonde !


Je me reconnais totalement dans le texte du Parti-Socialiste contre l'austérité en Europe, je ne suis pas le seul d'ailleurs... Suis-je donc suspect de germanophobie et d'europhobie ? L'europhobie d'abord : Oui je ne veux plus de cette Europe que je juge anti-démocratique avec les ultra-libéraux imposant leur seule volonté au détriment de la majorité ! La seule fois où les plans de Merkel et Cameron ont pu être contrés, c'est sur le budget de l'Union Européenne retoqué Parlement Européen. Pour ce qui a été imposé à la Grèce, l'Espagne ou le Portugal, avec la complicité du FMI parfois, c'était "je décide, ils exécutent" et aussi un slogan de sinistre mémoire, c'est à dire "there is no alternative", cher à Margaret Thatcher, fossoyeuse de l'industrie Britannique et qui a fabriqué des pauvres après avoir enrichi les banquiers et les traders ! Oui, j'assume rejeter cette Europe, je n'en veux plus et j'ose même dire qu'il est temps de tirer la chasse ! Tout le monde reconnait désormais, le FMI comme Barroso, pourtant complice des forfaits des ultra-libéraux, étant lui-même l'un d'entre eux, que l'austérité folle tue la croissance, et donc la reprise avec peu d'effets sur les finances publiques pour les pays de la zone Euro, des taux de chômage qui s'élèvent et une pauvreté progressant de manière galopante !

L'Europe féodale qu'on nous impose, consistant à être fort avec les faibles et faible avec les puissants, dont les banquiers (ça me rappelle quelqu'un), les peuples n'en veulent plus ! Est-ce être europhobe de vouloir une Europe plus juste et plus efficace ? Contester la seule vision imposée à tous provoque un procès en sorcellerie des tenants de la pensée dominante ultra-libérale. Déjà en 2005, sur le traité, voter contre signifiait être anti-Européen. C'était réglé, pas la peine de se fatiguer, les Procureurs de la pensée Bruxelloise s'étaient prononcés, il n'y avait qu'à attendre le jugement ! Aujourd'hui, user de son droit d'expression démocratique en voulant remettre en cause une pensée et une vision dont l'échec se voit comme le nez au milieu de la figure provoque, là aussi, un procès en sorcellerie ! Ces gens là, si démocrates, diabolisent leurs opposants et nous expliquent calmement que si l'échec est manifeste, vouloir contester ce qui a conduit à l'échec est de l'europhobie ! On en vient même à dire qu'on rejette le sérieux budgétaire ! Le juste milieu n'est pas possible alors ? Ca n'aiderait pas le sérieux budgétaire si la croissance revenait et que le chômage commençait à baisser ? Le retour d'un pouvoir d'achat convenable non plus ? Mais qu'on nous explique alors ! Qu'on démontre pourquoi au lieu d'user et d'abuser du registre de la diabolisation permanente !

Continuons comme ça, ne remettons rien en cause, on a vu ce qui s'est passé en Grèce dans les rues, et ensuite ça se propagera comme c'est un peu le cas au Portugal et en Espagne ! L'immobilisme actuel, c'est ça le vrai repoussoir ! C'est bien ça qui fait monter le sentiment anti-Européen quand ce n'est pas l'europhobie ! Continuons à nous entêter dans l'échec comme des ânes, et qu'on ne vienne pas pleurer si les partis anti-Européens grimpent comme c'est déjà le cas depuis pas mal d'années ! Continuons à voir le chômage grimper et le pouvoir d'achat reculer quand on vole au secours des banques ou des pays comme l'Irlande pratiquant le dumping fiscal sans rien demander en contrepartie, si ce n'est prononcer des discours d'intention jamais suivis d'effet ! Déjà qu'on ne peut pas débattre sur l'Europe sans se faire taxer d'anti-Européen et d'europhobe... Mais bon, c'est plus confortable ainsi, ça ne provoque aucune remise en cause et ça laisse certains dans leurs conforts, n'est ce pas Michel Barnier ? D'ailleurs, il sert à quoi celui là au juste ?

La germanophobie :

Nos chers éditocrates et politiciens de droite nous expliquent que critiquer Angela Merkel, dont la maternité de la politique austéritaire n'est contestée par personne, ça consiste à être germanophobe ! Encore des insultes, de la facilité, de la faiblesse liée à une absence totale d'arguments ! Des vrais démocrates aussi ces gens là...Mais alors ? Le SPD de Peer Steinbrück, Allemand né à Hambourg, candidat à la chancellerie, est germanophobe ? Martin Schulz aussi ? L'accusation de germanophobie était déjà assez conne à la base, mais à travers ces deux exemples, elle ridiculise ceux qui la portent ! Drôle de conception de la démocratie que d'insulter ses opposants quand on n'est pas d'accord, en jetant un discrédit douteux... En parlant de phobie, pour en revenir en France, où étaient ces donneurs de leçons pour dénoncer les phobies récentes, contre l'Islam ou contre les homos ?

Après, on a des gens qui se laissent aller : "la France ne tient pas ses promesses sur la question budgétaire." Mais comment peut-on oser pondre une telle ânerie ? Qui envoie des troupes au Mali ? Là c'est curieux, concert de louanges et de félicitations partout en Europe, la France a dépensé son argent (plusieurs millions par jour) pour une opération nécessaire pour le Mali, les droits de l'homme mais aussi notre sécurité à tous car un Mali devenant l'Afghanistan du Sahel aurait forcément des conséquences fâcheuses pour l'Europe, mais qui d'autre a payé ? Ne serait-ce la moitié de ce que paie la France par jour ? Je ne serai pas aussi simpliste en évoquant de la francophobie, je trouve en revanche déplacé, voire même gonflé, que pour un léger retard sur l'équilibre des finances publiques, on vienne faire la leçon à la France alors que cette dernière fait ce que personne d'autre en Europe ne fait, ne serait-ce que pour la sécurité du continent ! Un peu de respect et de reconnaissance serait salutaire, l'honnêteté aussi ! Certains, notamment en Allemagne, on beau jeu de réclamer du sérieux budgétaire très strict à la France quand cette dernière, à défaut d'une Europe de la défense, doit énormément dépenser pour des opérations militaires se déroulant à l'extérieur du continent mais où l'inaction aurait été fatale pour le Mali, mais aussi nous-mêmes.

Quand le SPD, au même titre que les socialistes Français, soutenait François Hollande et fustigeait Nicolas Sarkozy, c'était de la francophobie ? Arrêtons le délire ! On a le droit de rejeter une ligne politique économique sans être réduit à de la phobie par rapport à la nationalité de la personne tenant cette ligne politique critiquée et critiquable ! Ni au PS, ni chez les gens posés, il n'y a une hostilité contre la personne d'Angela Merkel, ça n'a rien à voir, ni contre l'Allemagne ! Le Parti-Socialiste Français trahirait l'héritage laissé par François Mitterrand en voulant détruire l'amitié Franco-Allemande ! Seulement, soyons sérieux : à quand date le dernier compromis de la chancelière Allemande sur les questions économiques en Europe ? Si le dialogue n'est plus possible, on ne doit pas protester ? Nicolas Sarkozy n'était pas toujours d'accord avec la chancelière, notamment sur les Eurobonds. Mais on lui a dit "attention à l'amitié Franco-Allemande, ne choisissons pas l'affrontement des idées, il ne faut pas froisser la chancelière !" Résultat : il était réduit à apporter le café à Angela Merkel et qu'est ce qui a changé en Europe, notamment pour nous ? Car oui, ce qui se passe en Europe, ce qui se décide à Bruxelles, a forcément un impact sur nous, même quand ce sont des pays voisins qui sont les plus durement frappés...

eloi-merkel-sarkozy