pavel-europe-recession_0

 

Ils sont magnifiques à l'UMP entre leurs politiciens et leurs militants, non ? La récession revient, et le ridicule de leurs propos me fait sourire. Entre ceux qui sont d'une incompétence totale et d'un amateurisme effrayant sur les questions économiques et Européennes, puis ceux faisant preuve d'une mauvaise foi maladive, on se demande pourquoi on ne taxerait pas tout ça car avec eux seuls, on pourrait renflouer les caisses de l'Etat ! Démonstration d'une propagande qui, personnellement, me fait beaucoup rire.


Revenons au quinquennat de Nicolas Sarkozy à propos de la récession d'abord : http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/article/2011/12/16/deuxieme-recession-en-france-depuis-2008-quatrieme-depuis-1949_1619720_1471069.html

Désolé les groupies Sarkolâtres, je sais que ça fait mal, mais la récession, ça ne date pas simplement d'aujourd'hui ! Donc, avant de parler, on se renseigne ou on fait travailler sa mémoire si toutefois l'honnêteté intellectuelle n'est pas en option ! Ca a donné quoi ? Evidemment, récession signifie pas de croissance, ralentissement de la production. Hausse du chômage, aggravation des comptes publics, et qu'a fait l'Europe ? Elle a imposé l'austérité folle avec la complicité de Monsieur Sarkozy, ce qui a flingué l'économie de la zone Euro, même Bruxelles reconnait, timidement mais ça commence à venir, que l'austérité est tout sauf la panacée ! Il ne s'agit pas de stigmatiser l'Europe comme institution, prôner la propagande idiote consistant à être un anti-Européen notoire. Non, c'est plus complexe que ça. Les coupables, ce sont les tenants de la pensée ultra-libérale, doctrine qui n'a de cesse depuis plus de 30 ans de provoquer une série de crises multiples aux Etats-Unis et en Europe, tout comme le Japon il y a quelques années. Absence de règles, de contrôle etc, on ne va pas revenir là dessus, on connaît le résultat.

Mais en 2008, avec la complicité de médias toujours sous domination de la pensée ultra-libérale avec leurs pseudos experts d'une arrogance maladive et ayant une absence totale de remise en cause, la droite racontait tout et n'importe quoi. Concours de billevesées, d'âneries en tous genres avec des gogos qui, idiots, aveuglés par la haine, voire les deux, avalaient sans problème. Donc le chômage, ce n'était pas de la faute de la récession, ni de l'austérité chez nos voisins ayant des conséquences, indirectes mais fâcheuses pour nos entreprises, mais c'était de la faute des chômeurs, ces fainéants qui profitent du système avec un peu plus de 400 €/mois ! Nos déficits, la dette ? Pensez-donc... C'est de la faute des fonctionnaires et des immigrés pardi ! Par contre, la fraude fiscale, les paradis fiscaux, entre 60 et 80 mds d'euro qui nous filent entre les doigts, sujet tabou ! Les subventions inutiles qui ne vont pas que vers les PME mais aux entreprises du CAC40 dont on se demande vraiment où est l'utilité économique, là, on n'en parle pas. Comme des milliards sur la formation professionnelle dilapidés n'importe comment avec des filières sans débouchés en bénéficiant, démontrant l'absence criante de stratégie à ce sujet, là aussi tout baigne...Le bouclier fiscal, inutile et ruineux, ce n'était pas un non-sens économique et ça n'a rien coûté à la France, comme les niches fiscales dont celle de Copé, entre autres, et dont l'inutilité économique est manifeste.

Je sais ce qu'on va me répondre : "tu as toi aussi tes boucs-émissaires avec le CAC40 et les riches." Non, c'est plus complexe que ça, c'est juste que ceux qui qualifient aujourd'hui les socialistes d'amateurs ou d'incompétents et qui ont menti aux Français sont des usurpateurs qui feraient mieux de se regarder dans une glace mais surtout, ils ont été des pitoyables gestionnaires, laissant au passage une ardoise de 600 milliards et 10% de chômeurs, dont 25% chez les jeunes et chez les seniors, rien n'a évolué dans le bon sens. Mais il parait qu'en 2012, des référendums, notamment sur la formation des chômeurs, allaient régler tous nos problèmes. Avant ça, en 2007, on expliquait que si un fainéant de chômeur refusait une formation, on lui sucrait son RMI, devenu RSA depuis. Problème : après avoir supprimé des moyens et du personnel à Pôle-Emploi, ces "remarquables" gestionnaires (on le voit notamment avec les comptes de l'UMP) se sont aperçus que seuls 10% des chômeurs, en 5 ans, ont reçu une proposition de formation ! Mais voilà, on a eu une droite clientéliste, et comme les choses ont mal tourné, il y a eu après la quête de boucs-émissaires qui a pris une autre dimension. Ces gens là ont par ailleurs défendu une austérité totalement absurde qui négligeait totalement l'aspect d'une politique de croissance nécessaire, et ils s'étonnent après des résultats en Grèce, de la croissance molle tournant de nouveau à la récession et qui impacte le marché de l'emploi quasiment partout en Europe, ainsi que le résultat d'efforts en matière de rigueur et d'austérité pour les uns, puis de sérieux budgétaire n'étant pas à la hauteur des espérances.

Aujourd'hui, l'austérité revient. Le jeu politicien et la paresse intellectuelle de la droite pousse certains à sortir des âneries. Des politiciens malhonnêtes intellectuellement pour les uns, trop limités et n'ayant aucune compétence pour parler d'économie et de l'Europe, nous expliquent que tout est de la faute à François Hollande... C'est tellement plus confortable... Seulement, certains citoyens sont beaucoup plus éclairés que ça. Sinon, 1993, 2007 : récession en France. Europe libérale, gouvernements de droite. Je sais que les choses sont beaucoup plus complexes parfois que ce simple raccourci, mais à ce petit jeu, la droite a tout à perdre... De 2007 à 2012, ce n'est pas François Hollande qui a défendu l'austérité, qui a négligé la croissance, et qui en France, a multiplié les niches fiscales, entre autres...Sans oublier l'absence totale de politique de l'emploi et de formation, et enfin, la question de la compétitivité a été traitée il y a quelques mois, pas par Nicolas Sarkozy, soi-dit en passant, et on verra par ailleurs si tout ça est vraiment efficace.