a88fb9dde479e848f65148acb72f99b04f3e4da5880b3

 

 

En cette période estivale où 1 Français sur 2 ne peut pas partir en vacances (c'est le cas pour certains depuis des années), où on nous appelle à nous serrer la ceinture et où on nous demande (encore) des efforts sur les retraites, certains politiciens d'un parti de droite qualifiant les fonctionnaires de privilégiés ruinant le pays et les chômeurs d'assistés ne trouvent rien d'autre qu'à afficher des photos de leurs séjours à l'étranger, comme Nadine Morano. Je vais vous détailler ses sources de revenus (de manière légale, tout se sait, et c'est public) tout en évoquant les mandats locaux non honorés par sa présence ou très rarement et enfin un focus sur le système de retraite de nos chers, très chers élus...

Entre un séjour à Rome et un autre à New-York, on se demande si Nadine Morano travaille... Vous l'avez vue sur les réseaux sociaux ? Elle voyage beaucoup... C'est son problème diraient certains, oui mais voilà : elle n'honore pas ses mandats locaux pour ainsi dire. Essayez de faire la même chose en n'allant pas justifier votre salaire, c'est à dire à déserter votre poste de travail, et votre patron vous flanque à la porte. Voilà donc cette personne qui, issue du parti s'auto-proclamant parti des droits et des devoirs, qualifiant les chômeurs des profiteurs et d'assistés quand ce ne sont pas les fonctionnaires privilégiés, ne trouve rien de mieux qu'à faire preuve d'absentéisme de manière répétitive et fâcheuse et qui, en prime, s'offre le culot d'étaler sur les réseaux sociaux les photos de ses séjours que peu de gens peuvent se payer le luxe d'en profiter dans une seule vie.

Nadine Morano est conseillère municipale de la ville de Toul.

Revenus : Environ 300€/mois

Présence : 4 présences entre 2008 et 2011. 1 présence en 2012, aucune présence en 2013.

Nadine Morano est conseillère Régionale de Lorraine :

Revenus : Environ 2000€/mois

Présence : chaque année pour le budget et ensuite pour ferrailler avec le Président PS de la Région Lorraine, mais uniquement s'il y a une présence importante de journalistes locaux et si Madame ne voyage pas, comme une fois pour visiter une PME à Bruxelles dont on se demande à quel titre.

 

S'ajoutent à cela 2 retraites :

- Une retraite de ministre (non, elle n'attend pas 62 ans, l'âge légal pour vous et moi pour bénéficier de la nôtre). Montant inconnu.

- Une retraite parlementaire estimée à 2600 € par mois, là non plus pas d'âge légal. Il suffit d'avoir siégé 10 ans à l'Assemblée Nationale, au delà, le montant augmente.

Le cas Morano est un exemple parfait de ce qu'il y a de pourri dans la République, et la question de l'abolition des privilèges se pose de nouveau, en 2013, plus de 200 ans après l'abolition des privilèges pour la noblesse. Au fond, nous vivons dans une illusion, nous sommes bien dans ce que certains qualifient de "monarchie Républicaine."

Cette question se pose à toute la classe politique, gauche comme droite et centre. Au moment où on demande encore des efforts aux Français, il serait juste, pour une fois, de commencer par soi-même et j'ajoute au passage qu'un peu de décence et de retenue, surtout en cette période, ne seraient pas une économie dont il faudrait se passer. Je dis ça comme ça...

Evidemment, je fais un voeu pieux...