Ce Sarkothon m'a bien irrité. Je savais que ce parti ne pouvait pas disparaitre, mais au delà de "l'altruisme de droite" ne se voyant qu'envers les puissants, sans oublier tout ce que l'on peut savoir sur cette affaire et ce que représente l'UMP, à condition d'être bien informé, je peux prétendre dresser un portrait robot de ce qu'est un militant et un adhérent de l'UMP. J'aurais pu le faire avant, mais là j'ai mieux cerné le personnage comme on dit, j'ai plus d'éléments. Parce qu'après tout, pourquoi s'en priver ? Ces gens donnent bien des leçons de morale aux plus nécessiteux, aux plus exposés face à la crise et ces personnes se paient même le culot de se plaindre en permanence de leur sort en se croyant lésés par les plus fragiles quand ce ne sont pas les étrangers.

47140800

 


Il convient d'abord de préciser qu'il ne s'agit pas dans ce billet d'évoquer des thèses farfelues. Je n'évoque ni théorie raciale (il n'y a qu'une seule race, la race humaine), ni génétique, ni autre chose... Simplement une attitude, une mentalité, un état d'esprit et aussi une certaine éducation qui peuvent pousser à un comportement et des traits de caractères que je décris plus bas. Ce portrait est il parfait ou se rapprochant assez bien de la vérité ? A vous de me le dire, mon opinion était déjà faite sur certains aspects, je n'en fais pas une religion mais je demande à être convaincu que j'ai tort.

 

La soumission :

Plus soumis qu'un militant ou un adhérent de droite, Front-National compris, tu meurs ! Le culte du chef, tendance Bonaparte, a toujours existé. Cependant, avec Sarkozy, cela a pris une sacrée dérive. Je n'ai pas peur d'évoquer une secte dans ce cas précis. Sarkozy a toujours eu une trop haute idée de lui-même et sa vanité n'a d'égale que ses colères de petit monarque pourri gâté capricieux. Il a coulé la France mais il est traité comme une divinité chez ses soutiens fanatiques. Cette idolâterie est effrayante, mais elle se nourrit à cause d'un trait de caractère chez le militant de droite : la soumission !

La soumission qui pousse à suivre un chef aveuglément, sans se poser de questions, sans user de son libre arbitre, si toutefois il a un jour existé pour certains, peut amener à une dérive sectaire et fanatique. Sarkozy a ruiné la France ? Il reste le sauveur providentiel. Il a ruiné l'UMP et il demande de l'aide ? Alors il faut l'aider.

Notons aussi cette fâcheuse tendance à défendre sans cesse le puissant et à mépriser le faible. Syndrome du larbin. J'y reviendrai.

Un peu simpliste dites-vous ?

Passons à un autre trait de caractère.

 

Le fayot :


Il peut aussi en exister chez l'homme de gauche, qui lui non plus n'est pas parfait. Personne ne l'est de toute façon. Le militant de droite, l'adhérent à un parti de droite, l'électeur de droite, est un fayot. J'évoquais plus haut le syndrome du larbin. Avez-vous noté que ces gens volent toujours au secours des puissants, politiques comme de la finance ou d'un certain patronat, dès que ces derniers sont attaqués ? Expliquer cette attitude uniquement sur la volonté des libéraux à toujours chercher, parfois avec la complicité de l'extrême-droite, des boucs-émissaires, essentiellement des étrangers ou des plus démunis en les présentant comme des profiteurs volant le travailleur, ne saurait suffire. Ca joue cependant, et ça évite de regarder ce qui se passe en haut de l'échelle, c'est une diversion. Mais cela est possible car l'électeur de droite est réceptif envers celui qui diffuse ces thèses.

Pourquoi ? Parce que cet électeur de droite, ce militant ou adhérent d'un parti de droite, aime plaire au puissant. Il rêve de lui ressembler, il incarne une espérance personnelle à travers son statut et il cherche à lui plaire. Il compte obtenir une faveur en retour, un geste, tel un chien se tenant debout et remuant la queue en espérant que son maître lui donne le susucre tant désiré. Il serait prêt à tout pour ça. Il sait par ailleurs être très serviable envers son maître...

Parmi les gens qui ont participé au Sarkothon, il n'y avait pas que des nantis. Il y avait des gens, de bonne condition mais non excessive, qui ont donné. La moyenne des dons serait de 86€ selon l'UMP. Pourquoi ont-ils donné ? Le chef a lancé l'appel, pour eux, c'est un "devoir". Le chef a aussi usé et abusé de quelques artifices avec ses hommes de main pour susciter la pitié et mobiliser face à une pseudo injustice, mais ça, c'est pour éviter une quelconque réflexion poussant à réclamer des explications sur la situation. Comment en est on arrivés là ? Pourquoi les finances du parti n'ont pas été maîtrisées ? Pourquoi les comptes de campagne ont dérapé et que certaines dépenses ont dû être intégrées ? Dans ces cas là, le chef utilise la vieille ficelle de la théorie du complot. 

Pourquoi ça marche ?

Justement, j'y viens.

 

Les idiots :


Voilà un jugement qui ferait bondir ! Je compte bien développer là aussi.

Simplement, je considère à la base, que le militant, de droite, comme de gauche ou du centre, est un idiot et j'en étais un, si ce n'est le premier sur bien des aspects par le passé. Le militant du PS croit détenir la vérité et considère que le militant du Front de Gauche est parfois un idiot utile de la droite, le militant du Front de Gauche croit détenir la vérité (tiens tiens) et considère le militant du PS comme un traître et ne manque pas d'imagination pour lui trouver des surnoms désagréables. J'ai participé à ce type de querelles et j'ai aussi été à côté de la plaque, je me considère désormais, non pas comme un militant, mais comme un individu ayant des valeurs de gauche. Au Front de Gauche, ils disent certaines vérités, leurs analyses sont parfois justes. Au Parti-Socialiste, ils conservent des valeurs de gauche et des visions différentes sur les questions économiques que je ne partage pas toujours. Les Verts aussi disent certaines vérités mais je ne partage pas tout, là non plus.

Certains ne partageront pas ce point, mais c'est comme ça que je vois les choses. Etre militant signifie perdre son libre arbitre, on en vient jusqu'à défendre tout et n'importe quoi, sans réfléchir. On peut aussi parfois, pour les intérêts d'un camp, dire et croire des âneries. Par exemple, quand Jean-Luc Mélenchon a tenu des propos excessifs sur la personne de Pierre Moscovici avec François Delapierre, certains au PS sont allés jusqu'à le taxer d'antisémitisme. Lesquels parmi eux croyaient sincèrement ce qu'ils disaient ? Ou alors, étaient-ils à ce point aveuglés pour aller jusqu'à raconter n'importe quoi et y croire ? Pour moi, il n'y a que le militantisme qui explique ces excès et ses accusations violentes. En être convaincu aussi.

Même si je ne milite nulle part désormais, je reste un con parmi les cons et je continuerai à dire des conneries comme tout le monde. Le tout, c'est de finir par s'en rendre compte.

Mais pourquoi c'est pire à droite ?

Parce que le culte du chef et la fayoterie, provoquant une obéissance aveugle et démesurée n'amène aucune réflexion ou remise en cause, sauf quelques rares, très rares exceptions. C'est culturel en fait.

Tout homme réfléchi se serait posé les bonnes questions, pour en revenir sur le Sarkothon. Elles ont été posées plus haut, mais il faut aussi chercher à s'informer. Au début de cette affaire, qui savait le nom de la banque créancière de l'UMP ? A part quelques journalistes, personne. C'est de la Société Générale dont il s'agit. Son PDG : Frédéric Oudéa. Ancien collaborateur de Nicolas Sarkozy de 1993 à 1995.

Autre détail fâcheux, la fortune du couple Sarkozy et la question de la caution solidaire. Sur la question de la caution solidaire, c'est pourtant un homme de droite, de l'UMP qui plus est, qui révèle des informations, Bernard Debré. Une personne caution solidaire n'est pas limitée, contrairement à d'autres personnes sur cette affaire, à 7500€ de dons. Cette personne (Sarkozy) pouvait donner plus. 11 millions d'€uros, soit le montant de la facture des frais de campagne à rembourser, c'est l'équivalent de la moitié de la fortune du couple...Sarkozy !

Alors, pourquoi payer ? 

Par "devoir" ? Pour espérer obtenir les bonnes grâces du Prince ?

Etonnant quand on cherche à imposer aux gens la responsabilité, notamment de ses actes...

Après ça fustige l'assistanat, les prétendus profiteurs etc...

 

Dans cette description, j'aurais pu évoquer l'esprit revanchard et aigri, la mentalité du frustré permanent, mais tout ça, nous le savions tous.

 

Finalement, s'il fallait dresser le portrait à travers tous ces points évoqués, ça nous donnerait ça :

h-4-2587604-1315756010

Soumise, fayote, idiote, fanatique, revancharde, aigrie et frustrée. Elle ressemble assez bien à ces gens là, ce qui explique qu'elle soit populaire chez eux. Prête à tout pour plaire à son maître... Oui, ça ne fait aucun doute !