montage-melenchon-le-pen-cope-reuters-930620_scalewidth_630

 

Il m'arrive parfois de ne pas avoir de mots assez durs pour protester contre certains propos et certaines attitudes au Front de Gauche qui frôle, chez certains, au sectarisme. Tous ceux qui me connaissent savent à quel point François Delapierre me révulse quand ce n'est pas certaines attitudes ou certains propos de Jean-Luc Mélenchon. Il n'empêche, avec ses qualités et ses défauts, le Front de Gauche est un mouvement de partis de gauche. Il défend donc des valeurs humanistes et antiracistes. Entendre certains membres de l'UMP, surtout vu leur passif très lourd sur la montée du FN et la libération d'une certaine parole assez ignoble, mettre sur le même plan le Front de Gauche et le Front National est quelque chose qui provoque en moi à la fois un sentiment d'écoeurement mais aussi de révolte face à cette malhonnêteté intellectuelle assez déplacée, surtout lorsqu'on connait les auteurs.


L'an passé déjà, quand les membres de l'UMP avaient toutes les peines du monde à cracher le morceau, c'est à dire, qu'ils ne feraient pas d'alliances électorales avec le Front National, ils enchaînaient en disant que ce n'est pas normal qu'on ne fasse pas ce procès au Parti-Socialiste avec le Front de Gauche. Si la comparaison était en soi douteuse, il ne fallait pas non plus "insulter l'avenir" puisque Jean-François Copé et les siens ont préféré la lâcheté au lieu du courage consistant à ne répondre aux électeurs qu'à la demande sociale, sans aller au delà en vertu de principes Républicains comme par exemple ne pas exciter les instincts les plus bas de certains individus. Soyons clair et il est inutile de prendre de gants, observons la situation depuis 2009 avec lucidité, qui a été le meilleur agent électoral du FN, si ce n'est Nicolas Sarkozy avec l'UMP et le sinistre malfaisant Patrick Buisson à la manoeuvre depuis l'Elysée ? Ce dernier sévit toujours, auprès de Copé notamment. Certains diront que ce n'est pas le sujet, par rapport au Front de Gauche jugé semblable au FN, mais il convenait cependant de faire un rappel sur les accusateurs outranciers et sans limite.

Revenons sur le fond autour de cet amalgame. Le Front de Gauche a beau prôner la VIème République, c'est tout sauf anti-Républicain. Le Front de Gauche est un parti de gauche, socialiste, dont le slogan "l'humain d'abord", en réponse au culte de l'argent roi par exemple (mais il a aussi d'autres définitions), défendu par l'UMP, est aussi un parti antiraciste et antifasciste (c'est dans l'ADN de la gauche), il ne prône pas le rejet de l'autre à travers sa couleur de peau, sa religion ou son pays d'origine, ce qui n'est ni le cas au FN, ni en ce moment, il faut le dire, à l'UMP et de nombreux fait l'ont démontré de manière implacable.

- Aucun membre du Front de Gauche n'a attaqué un homme ou une femme politique en prétendant, contrairement à Gérard Longuet de l'UMP, qu'il ou elle n'appartenait pas au "corps traditionnel Français."

- Aucun membre du Front de Gauche n'a prétendu défendre des valeurs communes avec le Front-National en tenant par ailleurs un discours de rejet, stigmatisant et développant aussi la quête du bouc-émissaire, n'est-ce pas Nicolas Sarkozy et Nadine Morano ?

- Aucun membre du Front de Gauche n'a agité le danger du communautarisme basé sur un mensonge autour des élections municipales, le droit de vote des étrangers et le halal dans les cantines, n'est-ce pas Claude Guéant ?

- Aucun membre du Front de Gauche n'a usé et abusé d'un humour Auvergnat douteux, n'est-ce pas Brice Hortefeux ?

- Aucun membre du Front de Gauche n'a prétendu que toutes les civilisations ne se valent pas et que les Français ne se sentaient plus chez eux, n'est-ce pas Claude Guéant ? Un récidiviste...

- Aucun membre du Front de Gauche n'a fait le lien entre l'immigration et la délinquance, n'est-ce pas Frédéric Lefebvre ?

- Aucun membre du Front de Gauche n'a rédigé le discours honteux de Grenoble, n'est-ce pas Nicolas Sarkozy et Patrick Buisson ?

- Aucun membre du Front de Gauche n'a rédigé une circulaire visant clairement les Roms, n'est-ce pas Eric Besson, Brice Hortefeux et Nicolas Sarkozy ?

- Aucun membre du Front de Gauche n'a inventé un fait-divers autour d'un pain au chocolat arraché à un enfant dans une cour d'école alors que le ramadan avait lieu en été, n'est-ce pas Jean-François Copé ?

Qui a multiplié les clins d'oeil en direction de l'électeur du Front-National, non pas pour répondre à la demande sociale à laquelle chaque parti se disant Républicain doit se limiter, mais en excitant les instincts les plus bas avec un dénommé Patrick Buisson, ancien membre du Front-National, à la manoeuvre ? L'UMP.

Maintenant, j'observe que les communistes ont versé leur sang pour la France sous l'Occupation et que le FN a été fondé en 1972 par des anciens volontaires SS de la division Charlemagne sévissant sur le front de l'Est. Le Front de Gauche, peu importe les critiques qu'on peut formuler, est héritier du Parti-Communiste Français, ce parti étant partie prenante du Front de Gauche, et aussi des socialistes composant ce mouvement. L'outrance de l'UMP, basée soit sur l'inculture, soit sur la malhonnêteté, est, dans les deux cas, intolérable.

cabrol

Mais cette manoeuvre n'a t'elle pas pour but de préparer les esprits à l'alliance UMP-FN dans les faits et de manière oficielle, gravée sur le marbre ? Après tout, niveau idéologique, on voit bien que les verrous ont sauté depuis longtemps. L'idée consiste à dire, en connaissance de cause liée au fait que le Parti-Socialiste ne cèdera jamais aux revendications exubérantes de l'UMP ce qu'ils appellent, là aussi de manière malhonnête, l'extrême-gauche, qu'au fond, si le PS maintient l'idée d'avoir des accords électoraux avec ceux qu'ils présentent comme des extrémistes, pourquoi eux-mêmes ne concrétiseraient pas l'oeuvre de Charles Pasqua ? Entre les deux tours de l'élection Présidentielle de 1988, affolé à l'idée de voir François Mitterrand réélu, et triomphalement qui plus est, Charles Pasqua voulait pousser Jacques Chirac à obtenir un rapprochement avec le FN en espérant que Le Pen appelle à voter pour lui. C'est assez étonnant de voir l'histoire bégayer en quelque sorte, de la même manière où déjà, on remettait en cause la légitimité de la gauche à gouverner, comme en 1936 d'ailleurs... C'est même facheux, car la droite la plus bête du monde n'a rien retenu des leçons du passé, pire, elle les répète. Ce qui par ailleurs justifie ce surnom.

Ne nous y trompons pas, et en dépit des tensions entre le PS et le Front de Gauche, les socialistes, peu importent les conflits entre les uns et les autres, qui vont au delà de la ligne politique choisie par le gouvernement, jamais les socialistes ne doivent laisser passer ces mensonges sans réagir et s'il faut prendre la peine de rétablir la vérité, même si cela prend du temps et que les rancoeurs peuvent amener à la réticence, il faut agir. Il faut mettre la droite devant ses responsabilités, ses actes, en plus de ses mensonges visant à tromper les gens. C'est pourquoi j'ai décidé, à mon modeste niveau, d'agir. J'ajoute par ailleurs, que chez moi, il n'y aura aucun ni-ni qui tiendra. Dans l'hypothèse d'un second tour UMP/Front de Gauche, et ce, peu importe l'élection, je voterai non seulement pour ceux qui sont les plus proches de mes valeurs, mais aussi pour la République ! Le vote Front de Gauche répond à ces critères, et d'ailleurs, depuis 2009 et le débat sur l'identité nationale, je ne considère plus l'UMP comme un parti Républicain et les faits qui ont suivi ont renforcé cette thèse que je défends depuis 4 ans déjà. Le Front National, c'est le problème de la droite et ces gens doivent trancher de manière définitive sans se cacher derrière la gauche. Si les masques sont déjà tombés pour certains, il est temps que les évidences apparaissent aux yeux de tous et l'électeur pourra choisir ou punir en connaissance de cause, sans la moindre ambiguité vis à vis des uns et des autres.