130111202144360_30_000_apx_470_

 

 

Il m'arrive souvent de dire que la droite Républicaine est mon adversaire et que Nicolas Sarkozy est mon ennemi, car j'estime que la ligne Buisson est néfaste pour la République. Ca n'a rien à voir à la vision économique et sociale où les divergences sont normales, mais il y a des valeurs sur le plan sociétal à ne pas trahir et il faut tout faire pour empêcher certaines dérives, notamment celles menaçant la paix sociale et la paix civile à travers des polémiques et des amalgames stupides et dangereux. La décision du Parti-Socialiste appelant à voter pour un candidat UMP contre une candidate du FN me scie les jambes.


Sarkozy est parti, mais la ligne Buisson demeure. On l'a vu avec l'histoire du pain au chocolat de Copé qui s'avère en plus être une pure invention. Le soutien de la droite populaire à Civitas demeure, et la motion "droite forte" très rance est arrivée en tête en novembre dernier. Les choses sont très claires à mes yeux, ça fait longtemps que le fossé entre l'UMP d'Alain Juppé s'est creusé avec l'UMP de Jean-François Copé et que la ligne Sarkozy/Buisson a pris le dessus sur la ligne Chirac qui refusait tout compromis, électoral et idéologique, avec le Front National. Par conséquent la droite Républicaine n'existe plus, pour le moment. Je ne connais pas Jean-François Mancel, ce candidat UMP arrivé en tête dans l'Oise, face à une candidate du FN et avec l'absence de la candidate socialiste. Pour autant, appeler à voter pour ce candidat UMP comme l'a fait Harlem Désir, le Premier Secrétaire du PS, c'est banaliser la ligne Buisson. Il rejette cette ligne mais il la banalise... Erreur stratégique lourde.

On se doit pourtant de punir l'UMP et ne rien laisser passer, car ce parti a perdu tout sens commun et moral. Je ne vois pas vraiment de différence entre la ligne Buisson et l'idéologie du FN, parti dont il est originaire. Relents islamophobes, pointer l'étranger du doigt, faire comprendre au Français musulman qu'il représente une tare, confondre islamiste et musulman et se servir de faits divers ou de société marginaux, quand ils ne sont pas inventés, pour grossir le trait. Qu'on ne vienne pas me dire que sur la burqa, on n'en n'a pas rajouté volontairement, notamment avec le cas Hebbadj ! Tout le monde est contre la burqa, il fallait l'interdire, mais on en a fait des caisses autour surtout qu'on estimait le nombre de femmes portant la burqa à 2000. Je passe sur les mensonges de Guéant autour du halal et les histoires autour de la supposée absence d'étiquetage (encore un mensonge) ou les prières de rue qui, curieusement, ne choquent personne quand il s'agit de 9000 blancs portant une croix et tabassant des femmes dans les rues de Paris. Aucune cathophobie de ma part, je sais très bien que les cathos se désolidarisent de ces gens là pour la plupart. Je note simplement que j'avais raison lorsque je dénonçais l'hypocrisie consistant à se servir de la laicité, prétenduement menacée à l'époque, et que ces pseudos défenseurs n'ont pas moufté avec Civitas.

Je passe sur l'identité nationale qui a viré à la xénophobie, occasion loupée de définir le patriotisme, confondu avec le nationalisme et des dérapages racistes invraisemblables. Je passe aussi sur la phrase de Guéant disant "Les Français ont le sentiment de ne plus être chez eux." Seulement réveillez-vous ! Sarkozy a beau ne plus être à l'Elysée, retour ou pas, cette ligne Buisson demeure ! Vous avez vu un devoir d'inventaire de fait à l'UMP ? Non, Copé maintient même la ligne Buisson ! Mettons de côté le "ni-ni" prôné par Copé ET Fillon en cas de duel PS/FN dans une élection, aussi choquante soit cette posture, ça ne doit pas forcément amener une vengeance de la part du Parti-Socialiste. Seulement j'estime que le PS fait une faute majeure dans la mesure où la ligne Buisson demeure et appeler à voter pour un candidat UMP contre une candidate FN, peu importe ce candidat, ça revient à banaliser la ligne Buisson.

On n'est pas dans l'affrontement sur les questions économiques et sociales, il y aurait beaucoup de choses à dire et dénoncer mais une opinion est une opinion. Là, sur les questions sociétales, si on peut s'opposer sur certains sujets, pourquoi pas ? Mais la ligne Buisson, ce n'est pas une opinion. C'est un appel au rejet à travers notamment des clichés mensongers et des détournements de faits. Ca débouche sur quoi au final ? Il n'y a pas de front Républicain possible. Ca aurait pu l'être du temps de Chirac et Juppé, même à la rigueur quand Xavier Bertrand dirigeait l'UMP même si quelques dérives apparaissaient. Là, non, ce n'est plus possible. Je ne remettrai jamais en cause l'engagement d'Harlem Désir, qui n'a plus rien à prouver sur les questions sociétales et le vivre-ensemble. Je constate simplement une erreur stratégique. Copé m'agaçait déjà par le passé, mais avant 2010, je le voyais comme un Républicain. Depuis, il y a eu une accumulation de dérapages et de dérives de sa part et de la part de ses amis qu'il me parait impensable de considérer que ces gens font encore partie d'un front Républicain. Aujourd'hui, ce n'est plus le cas. Demain, ils reviendront peut être à la raison. En attendant, on banalise tout ça et il sera difficile de convaincre sur la dérive que prend l'UMP depuis quelques années déjà.

Avec ce billet, j'espère aussi que certains à droite me lisant comprendront pourquoi je suis extrêmement virulent contre l'UMP. On sort du cadre de l'affrontement dans le respect Républicain, et nous ne sommes pas responsables à gauche de tout ça car je suis loin d'être le seul à avoir cette attitude intransigeante et ferme.