540fa076-34ef-11e2-b490-7faf20e02d02-493x328

 

Encore un titre provocateur, je sais. Seulement, ce n'est rien d'autre que la lucidité. Les réactions des groupies de Nicolas Sarkozy à la suite de la mise en examen de ce dernier sont une véritable menace pour la République ! On savait qu'ils ne respectaient pas la justice et qu'ils ont toujours fait pression sur elle. Mais cette dérive populiste, encore une fois, nourrit le "tous pourris" du Front-National car on a le sentiment d'avoir un chef mafieux défendu par sa famille, prête à tout pour faire plier la justice en profitant d'un accès massif à l'espace médiatique pour attaquer le juge Gentil. Explications.


Mon hostilité légitime à Nicolas Sarkozy, je ne l'ai jamais cachée. Mais pour avoir dénoncé sous sa Présidence à travers le net la violation de la présomption d'innocence de sa part et de ses amis sur des affaires diverses, je m'efforcerai à ne pas agir de même le concernant. Pour autant, ça suffit ! Ses amis, encore une fois, vont trop loin et les conséquences pour la République sont fâcheuses. Si on veut encore une fois ébranler l'indépendance de la justice en attaquant et en insultant le juge Gentil, chargé du dossier Bettencourt, cette fois-ci ça va plus loin ! On parle de complot monté par le gouvernement chez certains amis de Sarkozy pour faire oublier l'affaire Cahuzac et sa démission. Dommage que le syndicat de la magistrature rappelle que la convocation de Sarkozy date d'il y a 3 semaines. Mais sortir ces âneries renvoie l'image de réglements de comptes politiques, la théorie du complot qui remettrait en cause l'idée d'un Etat impartial et d'une justice indépendante et lorsque des cadres de l'UMP vont jusqu'à dire que la parole d'un majordome ne vaut pas celle de Sarkozy car le majordome n'est pas un ancien Président, cela renvoie à l'idée que la justice doit traiter différemment selon le statut social et professionnel des personnes. Il faudrait donc une justice à 2 vitesses, selon que vous soyez, puissant ou misérable.


Comme les Sarkozystes sont des imbéciles se moquant des conséquences, le "tous pourris" qui ne sera jamais gavé, bénéficie cependant d'une corne d'abondance tant ces crétins irresponsables décomplexés ne reculent devant rien. On a même vu Nadine Morano, n'ayant jamais honte de rien, déclarer qu'elle exigeait que la presse fasse des unes sur l'innocence de Sarkozy si elle finissait par être démontrée. Après la violation de l'indépendance de la justice, on veut contrôler la presse, ce qui relève, encore une fois, comme lorsque Sarkozy était au pouvoir comme ministre ou Président, que la liberté de la presse, on s'asseoit volontiers dessus ! Inadmissible... Ca renvoie l'image d'une mafia, n'ayant aucun scrupule et prête à tout pour parvenir à ses fins. Si ces gens ne sont plus au pouvoir, il est vraiment temps de se soulever contre cette menace que nous n'avons pas écarté de manière définitive, à cause de la complicité d'une UMP se drapant sous des habits de droite Républicaine mais qui s'enfonçait déjà dans la dérive Sarko-Buissoniste avec un culte de la personnalité inquiétant pour l'ancien chef de l'Etat et un refus manifeste d'un devoir d'inventaire plus que nécessaire. Les insultes d'Henri Guaino contre le juge Gentil ou encore le "je vous emmerde" du si distingué Patrick Balkany renvoient quelle image auprès de la société ? Stupides et irresponsables, voilà comment on peut décrire les Sarkozystes !


On ne peut plus, on ne doit plus tolérer tout cela ! Des crises économiques et sociales s'abattent sur ce pays depuis des années, la désespérance est là, le sentiment d'injustice est là, le sentiment d'impunité pour les puissants est là, et pire encore, la défiance vis à vis de la classe politique toute entière est là. Ce n'est plus qu'une question de fermeté, mais d'une prise de conscience collective qui s'impose. De gauche, du centre ou de droite, il est temps de se réveiller et de dire "ça suffit !" Le régime Sarkozyste et ses hommes de main a causé assez de tort à la France, et les conséquences à travers cet énième épisode de dérives et d'irresponsabilité doit amener chacun(e) à rejeter ces individus de manière définitive. Vers quoi se dirige t'on si par malheur Sarkozy revient au pouvoir en toute impunité après des nouvelles dérives après celles du passé. Pire encore, si sur le plan économique et social François Hollande échouait, vers quelle alternative se tourneront les Français si la droite ne fait pas son devoir et que le retour de Sarkozy tourne au flop, ce qui demeure l'hypothèse la plus probable ? On ne peut pas négliger ces risques, il ne faudra pas dire demain "si j'avais su" ou alors "j'aurais dû" car il sera trop tard et ça fait des années déjà qu'un vent populiste souffle sur la France et l'ensemble des pays de l'Union Européenne depuis quelques années, additionnée à l'impuissance des pouvoirs publics et une Europe en panne.

 

Regardons ce qui se passe en Italie, c'est presque la copie conforme de ce qui se passe en France. Des bouffons sur la scène politique, une gauche divisée, une droite "modérée" alliée à une droite populiste, un concensus politique impossible et un régime à bout de souffle. Le populisme a le vent en poupe, les gens en ont marre, les affaires sont monnaie courante, les juges sont attaqués, la violence demeure une réalité comme chez nous et sur le plan économique comme social, c'est un désastre ! Ce que nous voyons en Italie est peut être aussi ce qui nous attend dans quelques années, et c'est un signal aussi valable pour le gouvernement qui ne doit renoncer à rien, doit continuer à se battre sur le front de l'emploi tout en protégeant les salariés. La volonté est là, des dispositifs ont été pris, mais la situation demeure délicate. Les propos des Sarkozystes aujourd'hui sont une pollution sonore dont on se passerait bien ! Je ne suis qu'un citoyen lambda, je ne suis pas plus malin qu'un autre, mais mon sentiment personnel est peut être partagé par d'autres et tout ce que je vois, je lis ou j'entends ne me plaît pas du tout et m'inquiète. Plus que jamais, une société apaisée doit être la priorité des citoyens, des politiques, des médias et aussi des partenaires sociaux. Il n'y a que comme ça qu'on résoudra nos problèmes et il n'est vraiment pas judicieux d'accentuer une crise morale déjà présente qui débouchera forcément sur une crise politique.